Les Jeux sont faits rien ne va plus !
mercredi 30 août 2006

baule4-robert-galet
Michel Robert et Galet d'Auzay - Ph. Cosinus Prod

Visages creusés, la frustration se lisait ce soir sous les casquettes d’une équipe de France qui voit la porte de la finale par équipe (2e manche) lui claquer au nez !

Un sans-faute sur huit tours, un cheval blessé, une erreur stratégique, bilan amer : une 11e place sur 24 équipes et une qualification olympique manquée.

« C’est un mauvais choix de ma part et je l’assume, lançait Jean-Maurice Bonneau pour désamorcer les premières questions sur sa décision de maintenir First de Launay, malgré sa blessure plutôt que de faire appel au couple réserviste, Jean-Marc Nicolas et Modesto. J’ai misé sur Florian car c’est un des piliers de cette équipe et que médicalement tous les voyants étaient au vert. Aujourd’hui, après les résultats c’est clair c’était une erreur, mais en amont le choix était nettement moins évident ! Il n’y a pas de sport de haut niveau sans prise de risque. Modesto n’est pas un cheval rapide qui permettait de se placer en ouverture, ce n’est pas un manque de confiance dans ce couple mais je pensais sincèrement que Florian et First pouvaient tenir leur place. »Décidément les problèmes de santé, comme les justifications techniques hasardeuses sont devenus récurrents en équipe de France dans les grands évènements. Après les quatre fautes de First, ses équipiers se trouvaient contraints à la réussite et ce ne fût pas le cas. Malgré toute la qualité de son génial petit étalon, Laurent Goffinet n’a pas le droit à l’erreur sur ses hauteurs là. Une foulée trop près sur l’oxer en sortie de rivière et surtout une distance beaucoup trop loin à l’abord d’un oxer n°10 en sortie de triple se soldent par autant de fautes, auxquelles s’ajoutent un point de temps dépassé. « Je m’en veux pour cette erreur, j’aurais du le rapprocher, pestait Laurent (41e au provisoire avec 9, 90 points). A la vidéo c’est clair, Flipper qui fait toujours le max, quitte à tendre les pattes devant à l’excès n’a même pas essayé pour lui c’était trop difficile, il savait qu’il ne pouvait pas le faire. La motivation n’est plus là, je pense que pour moi la compétition s’arrêtera demain soir. Je tiens quand même à monter la deuxième manche pour dire d’aller au bout. Même la perspective d’entrer dans les 25 meilleurs, pour courir samedi sur des parcours énormes alors qu’à priori je n’ai plus aucune chance d’entrer dans les quatre de la tournante, ne m’enthousiasme pas. » Demain soir, au retrouvera également nos deux quinquas, réguliers à une faute chacun, Michel Robert/Galet d’Auzay (30e avec 8,08 points) et Hervé Godignon/Obélix (37e avec 9,40 points) qui sont finalement les deux meilleurs français au classement provisoire individuel. First s’arrête bien entendu là. Les français passent ainsi à côté de la qualification olympique par équipe réservée au cinq premières nations des championnats du monde, la cession de rattrapage se jouera aux championnats d’Europe l’an prochain où il faudra parvenir à être l’une des trois meilleures nations non qualifiée.

10 équipes dans six barres !Pour les dix équipes qui restent en lice la bagarre fait rage. Et vraiment, les médailles décernées demain soir seront gagnées de haute lutte. Au-delà des données techniques ultra exigeantes quand au niveau de qualité et de réactivité des chevaux sur ce parcours de 14 obstacles et dix-sept efforts - les mêmes qu’ils répéteront demain soir en nocturne à une exception près, la rivière qui deviendra un vertical pour éviter tous reflets de l’éclairage artificiel – c’est l’homogénéité du niveau qui fait la principale difficulté de ce championnat où même les Allemands ont du mal à se faire entendre à domicile. Avec non moins de cinq sans-faute au compteur, un tour pénalisé d’un point de temps dépassé, les Hollandais ont pu effacer les deux parcours à une faute de Piet Raymakers/Van Schinjndel’s Curtis et creuse ainsi l’écart en tête (7,01 points). Derrière se trouve l’Ukraine (13,17 points) qui, rappelons le, est composée de deux Belges d’origine (Grégory Whatelet/Loriot et Jean-Claude Van Geenberghe/Tresor Osta Rug), deux Allemands (Katharina Offel/Atlanta et Björn Nagel/Pilgrim) suivent les USA (14,85) et l’Allemagne (15,16) qui se tiennent au coude à coude. Ambiance électrique, dans un stade bondé depuis la chasse, et suspense garanti demain soir.

     Interview de Michel Robert après son passage