Maikel van der Vleuten affole le chrono
vendredi 05 décembre 2014

gucci 2014 Maikel van der Vleuten et Verdi
Maikel van der Vleuten et Verdi © Olivier Ennochi

Vendredi soir, Maikel van der Vleuten et Verdi-VDL Groep ont remporté la grosse épreuve du Gucci Paris Masters au terme d’une course folle. Seul Français qualifié, Simon Delestre prend la 5e place avec Ryan des Hayettes.

Alors que les controverses environnementales autour de l’implantation du site de traitement des déchets industriels en plein cœur du berceau de l’élevage normand font toujours rage, GDE sponsorisait la première grosse épreuve du Gucci Paris Masters. Et le sport était loin de cette polémique.
Deux obstacles ont principalement posé problème aux 45 couples en lice : le n°1, le vertical blanc Equidia Life, qui a écarté certaines stars dont Scott Brash/Hello Sanctos, Gerco Schröder/London, Christian Ahlmann/Codex One ou encore Bosty et Qoud’cœur de la Loge, mais aussi l’entrée du double Gucci n°10, placé le long de la lice du restaurant VIP, tombé quatorze fois ! Au final, onze couples parvenaient à déjouer les subtilités du parcours de Luc Musette.

Vleuten : « Je peux prendre plus des risques »
Et au barrage, on s’est demandé jusqu’où irait cette folle course au chronomètre. Les sept premiers couples abaissaient successivement à chacun de leur passage le chronomètre. Seul Daniel Deusser/Cornet d’Amour, d’ailleurs plus rapide de cette hallucinante série, faisait une faute qui le reléguait à la 7e place. Le Néerlandais Maikel van der Vleuten a finalement eu le dernier mot avec Verdi-VDL Groep devant Constant van Paesschen/Toscan de Sainte Armelle-Citizenguard et Luciana Diniz/Lennox. « Je suis ravi de l’évolution et de la régularité de Verdi. J’ai désormais davantage de contrôle, donc je peux vraiment prendre plus de risques. » Pour la Guerre des Sexes demain, il optera pour Sapphire, mais on reverra le couple néerlandais dans le Grand Prix de dimanche.
Simon Delestre, 5e, qui avait le désavantage de s’élancer en deuxième position, était lui aussi ravi de la performance de Ryan des Hayettes. « Je suis parti vite, mais pas comme un furieux. Mais même si j’étais passé à la fin, je n’aurais pas pris tous les risques. Ryan est en train de se caler et il saute tellement bien. Je pense qu’il va devenir un des meilleurs chevaux du circuit. Il a tout : le respect et la tête. Et à Doha, lors de la finale du Global Champions Tour, nous avons eu la preuve qu’il pouvait vraiment tout sauter. »

Résultats ici

Photo d'archive