Maikel van der Vleuten devant son public!
dimanche 17 mars 2013

S'Hertogenbosch- Vleuten- Kisby
Maikel Van Der Vleuten © Christophe Bricot

C’est encore l’hymne néerlandais qui a raisonné dans la Brabant Halle, à s’Hertogenbosch, samedi soir. Maikel van der Vleuten remporte le Grand Prix RICOH. Tous trois au barrage, Kévin Staut, Simon Delestre et Pénélope Leprevost prennent au final les 2e, 4e et 9e places.

Pas énorme mais délicat, le parcours dessiné par Louis Konickx a provoqué beaucoup de petites fautes au premier tour : 22 des 38 cavaliers au départ l’ont en effet bouclé avec 4 ou 8 points de pénalités. Le triple n°11 en barres naturelles a notamment été fatal à 13 couples dont certains ténors, tels que Pius Schiwer /Picsou du Chêne, Marco Kutscher/Cash ou encore Christian Ahlmann/ Asca Z. Au final, neuf couples se qualifiaient pour le barrage, dont les trois Français en lice.

Et là, tout s’est joué à la galopade sur un tracé composé de grandes lignes droites et courbes pour seulement deux virages donc peu d’options. Pénélope Leprévost signait le meilleur chrono (28’95) avec Nice Stéphanie mais une faute sur le vertical n°5 la reléguait à la rageante 9e place puisque tous les autres couples bouclaient un double sans-faute. Dans la même seconde que la Normande, Maikel Van der Vleuten/ Kisby (28’85) et KevinStaut/ Quismy des Vaux (28’95) raflaient les deux premières places, devant Rolf-Göran Bengtsson/ Casall La Silla (29’10) et Simon Delestre/ Qlassic BoisMargot (29’24).

Staut et Delestre dans le coup !

Déjà 3e du GP3* de Dortmund avec la même Quismy des Vaux, Kevin Staut était ravi du comportement de cette jument de neuf ans, qu’un Allemand lui a confié pour la vendre. « Elle a un galop atypique mais tous les moyens et le respect », commentait-il.

Quant à Simon Delestre, il a, une nouvelle fois, été épaté par l’aisance de Qlassic Bois Margot qui signe son 10e sans-faute… sur 10 Grands Prix disputés ! « Il est tellement au dessus du lot que c’est plus facile pour lui de faire la différence quand c’est plus gros, constate Simon. C’est vraiment un cheval hors normes. J’aurais pu gagner du temps avant le vertical n°5 mais je ne veux pas non plus le bousculer. Il n’a que neuf ans. » Et tout l’avenir devant lui !