Marc Dilasser : « Arioto se démarque en ce début de saison »
jeudi 02 mai 2019

Marc Dilasser et Arioto lors de la finale des sept ans de la Grande semaine de l'élevage de Fontainebleau, en 2017. © Eric Knoll/Images'inn

Vainqueur du Grand prix de l'étape vichyssoise du Grand national avec Utah Van de Rock, troisième du Grand prix 4* de Saint-Tropez ce weekend ainsi que cinquième de celui de Gorla Minore avec Arioto, Marc Dilasser se révèle ces derniers mois comme l'un des plus performants cavaliers français de saut d'obstacles. Entre deux parcours au CSI 3* du Touquet, le tricolore s’est confié sur son début d’année et sur ses montures en lesquelles ils fondent beaucoup d'espoirs pour les saisons futures.

L’éperon : Fin avril, la première édition de l’Hubside Spring Tour s’est disputée à Saint-Tropez. Comment avez-vous vécu ces deux semaines de compétitions ? 

Marc Dilasser : "J’ai uniquement pris part à la seconde semaine de compétition. Il y avait peu de place pour les sélections donc Thierry Pomel ne m’a proposé des engagements que pour le deuxième weekend. Cela me convenait tout à fait vu l’âge et l’expérience de mes chevaux. Toute l’équipe de Sadri Fegaier s’est vraiment mis en quatre pour proposer un concours de très haut niveau, tant au niveau de l’organisation, que de la qualité des pistes. Il y a eu quelques soucis lorsque la pluie s’est invitée, mais les équipes techniques ont tout mis en oeuvre pour régler les problèmes rencontrés. Je pense que pour les prochaines éditions ce sera oublié. Dans tout les cas, si je dois donner une note à ce concours c’est un 10/10. Je pense que c’est vraiment une chance pour nous en France d’avoir des gens comme Monsieur Fegaier qui nous offre des circuits tels que celui là."

Troisième du Grand prix ce weekend, Arioto a fait montre de son potentiel dans ce CSI 4*, tout comme dans celui du CSI 4* de Gorla Minore où il s’était classé cinquième, début avril. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce cheval ? 

"Arioto se démarque en ce début de saison. Il a fait de grands progrès. À neuf ans, il a l’âge pour commencer à sauter de plus gros parcours. Il est encore jeune mais il a beaucoup d’expérience malgré tout. Il a été vice-champion de France à sept ans.  L’an dernier il a terminé deuxième dans deux des Grand prix du Grand national, puis il a gagné celui du 2* de Saint-Lô. Il connaît déjà bien son métier, bien qu’évoluer sur des hauteurs telles que celle du 4* de Saint-tropez, soit encore tout nouveau pour lui."

C’est donc une monture sur laquelle vous comptez pour l’avenir ? 

"Complètement. Nous étions d’ailleurs sélectionnés  pour la Coupe des nations qui aurait dû avoir lieu au Danemark mais qui a finalement été annulée. Comme il y a eu des défections à la Baule, j’aurai eu la possibilité de prendre part à celle-ci, mais nous avons jugé avec le staff et Thierry que c’était encore un peu prématuré, le cheval n’ayant concouru que dans deux Grands prix 4*. Nous préférons continuer à l’endurcir sur ces beaux parcours, pour ensuite attaquer les 5* en pleine possession de nos moyens cet été. À propos d’Arioto, je voudrais adresser un mot particulier à ses propriétaires, puisque ce dernier appartient toujours à ces naisseurs Marie-Michelle et Jean-Marie Bastin. Arioto est resté leur cheval de coeur. Grâce à eux, il devrait normalement rester dans mes écuries pour accomplir sous ma selle la carrière que l’on espère de lui. Ce sont des gens qui aiment le sport et qui sont prêt à faire des sacrifices en son nom, notamment en refusant de vendre cet étalon."

Cliffton Belesbat faisait également partie du voyage à Saint-Tropez et vous a offert de jolis parcours ? 

"Cliffton a fait un super début de saison. L’an dernier, il a un peu payé celle de 2017 qui avait été plutôt chargée. Là il repart vraiment. Il est très en forme. Il s’est classé dans toutes les compétitions qu’il a couru. D’ailleurs dans le Grand prix de Deauville, il n’a pas été éliminé sur une faute, comme cela a pu être annoncé, il a simplement glissé dans un virage parce que le terrain n’était pas génial. Il m’a offert un très beau début d'année et je suis vraiment ravi de le voir sauter avec autant de fraicheur et d’envie." 

Quels autres de vos chevaux seront de la partie cette saison ? 

"Utah (Utah van de Rock,ndlr) a été castré cet hiver, donc il a repris la compétition il y a peu. Il a réalisé une magnifique performance à Vichy. Avec ses copropriétaires et naisseurs, le haras de Belesbat, Caroline Bou et moi même, nous étions ravis. C’était un chouette moment et on va continuer sur ces hauteurs pour le remettre en route pour plus tard. Il y a également Abricot (Abricot Ennemmellle,ndlr) dont Madame Hieronimus est la propriétaire. Ce dernier a été classé dans le Grand prix de Royan en début d’année mais également dans celui de Deauville, un peu plus tôt. Ce weekend, je l’ai engagé au Touquet. Il prendra part au Grand prix 3*. C’est un bon cheval de neuf ans, en qui je fonde beaucoup d’espoirs. J’ai la chance d’avoir des chevaux très performants qui annoncent de belles saisons en perspective. Mon objectif pour cette année est de les emmener sur des concours 5*. Arioto et Abricot n’ont encore que neuf ans, il faut que je reste prudent et que je ne me laisse pas griser par leur potentiel et leurs résultats plus qu’encourageant, mais sinon j’ai carte blanche. Nous nous accordons une confiance totale avec les différents propriétaires. Cette entente est très confortable pour moi et me permet de travailler et d’accompagner sereinement ces chevaux vers le haut-niveau."