Maximilien Lemercier lorgne vers Athènes
vendredi 03 février 2006

lemercier-nemmo E
Maximilien Lemercier et Nemo du Marais - Ph. Christophe Bricot

Révélation de la fin de l’année 2005, Maximilien Lemercier effectue une percée remarquée dans les concours pro1.

Cette année, pour sa dernière année chez les jeunes cavaliers, l’objectif est clair : les Championnats d’Europe d’Athènes en juillet.


Maximilien Lemercier n’a aucun doute, il veut faire des chevaux son métier. Pour ça, il a arrêté les études l’année du bac et travaille désormais pour Gilbert Doerr. Les vingt-six chevaux que comptent les écuries les occupent tous les deux beaucoup mais au quotidien la collaboration se passe très bien « En fait avec Gilbert, notre relation est basée sur une amitié très forte, je le considère même comme une sorte de deuxième père. Et comme j’habite chez lui je pense aux chevaux 24h/24h. »

Concours poneys, 5ème, 4ème, 3ème, 2nde catégorie : Maximilien est passé par toutes les étapes de la compétition « sans faire de performances extraordinaires » précise t’il. Le déclic a eu lieu il y a un an lorsqu’il a rencontré un hongre belge de huit ans : Némo du Marais. « En cherchant un cheval pour faire des B1, nous nous sommes retrouvés chez un marchand belge pour essayer un cheval et au bout de quatre saut j’étais descendu. Du coup nous lui avons demandé s’il n’en avait pas un autre à me présenter : je suis alors monté sur Némo, qui m’a plu immédiatement. » pour conforter cette première bonne impression, Maximilien est retourné essayer le cheval une semaine plus tard avec son coach Gilbert Doerr. Deuxième essai concluant, l’affaire peut se faire. « Mon père a acheté le cheval pour moitié avec son meilleur ami, qui ne connaît pas les chevaux mais qui a investit dans Némo par pure amitié. » précise Maximilien.Au fur et à mesure de la saison, le couple est monté en puissance en se classant très régulièrement en épreuves pro2, pro1 et en CSI. Puis lors de la tournée bretonne de fin de saison, ils franchissent un cap en gagnant la puissance de Pontivy (à 2,10m), puis en gagnant une épreuve à Vannes et surtout en prenant la 3ème place du Grand Prix 1,50m « Pour moi, il y a deux ans c’était inespéré d’être là, je suis super content mais comme je suis arrivé par la petite porte ça me permet de garder la tête froide »

Cette année, Maximilien espère pouvoir décrocher une sélection pour les championnats d’Europe Jeunes Cavaliers d’Athènes, à 20 ans c’est l’année ou jamais «Pierre-Alain Mortier sera sûrement le pilier de l’équipe. Pour le reste c’est assez ouvert et nous avons établi un programme de travail avec Laurent Elias lors d’un rassemblement à Saumur. J’espère vraiment pouvoir intégrer l’équipe » . Mais le jeune cavalier compte aussi sortir en cycles classiques avec notamment un quatre ans par Mozart des Hayettes que lui a confié l’éleveur de Némo. « J’aimerais également trouver cette année un autre cheval du niveau de Némo, car on ne sait jamais ce qui peut se passer, » Lucide sur les difficultés du métier de cavalier et les hauts et les bas qui vont avec, Maximilien Lemercier fait preuve d’une motivation énorme « Gilbert est quelqu’un d’hyper motivé et il me transmet cette envie. Pour autant je suis conscient de ce que j’ai aujourd’hui mais je ne sais pas ce que j’aurais demain et sans Némo je peux retourner en 3ème catégorie puisque mon autre jument Ultra Secret est super mais jusqu’à 1,30m. Mais je travaille pour durer et réussir » Pourtant il n’y a pas de raisons qu’il s’écarte de la voie du succès, d’autant que 2006 à commencé de manière encourageante à Nantes « C’est mon premier CSI***, et le cheval a très bien sauté durant les trois jours même s’il était un peu chaud.Dans le Grand Prix, je fais deux fautes de réglage mais rien de grave. C’est même plutôt encourageant au mois de janvier » .

Photos de Maximilien Lemercier et Nemo du Marais par Christophe Bricot et Julien Lavarec