Olivier Bost : "une volonté de la fédération d'accompagner les jeunes jusqu'au plus haut niveau"
mardi 17 décembre 2019

Stage détcetion jeunnes sat d'obstacles 2019
Le stage de détection jeunes de saut d'obstacles a bénéficié cette année du nouveau manège du parc fédéral de Lamotte Beuvron. © FFE

Samedi 14 décembre, un groupe de onze Juniors et douze Children, sélectionnés sur performance étaient conviés à un stage de détection à Lamotte-Beuvron en présence d'un staff fédéral élargi pour l'occasion.

Le stage de détection jeunes de saut d'obstacles a bénéficié cette année du nouveau manège du parc fédéral de Lamotte Beuvron. La vingtaine de jeunes conviée pour l'occasion a évolué toute la journée du 14 décembre sous l'oeil attentif d'Olivier Bost, sélectionneur national jeunes, Henk Nooren, formateur, Edouard Coupérie, sélectionneur Seniors adjoint, Bertrand Poisson, formateur et Timothée Anciaume, cavalier de l’équipe de France.

"Nous organisons ce type de journées depuis un moment déjà. La direction nationale a souhaité cette année renforcer l'apport technique avec l'intervention de l'encadrement des Séniors. Il y a une volonté d'approfondir la technique tant sur le plat qu'à l'obstacle. C'est également l'occasion pour nous d'harmoniser le discours auprès des coachs", indique Olivier Bost, qui a pu bénéficier de l'espace du grand manège divisé en quatre carrières et observé tous les groupes en même temps. "Ca m'a permis de superviser l'ensemble, d'aller d'un groupe à l'autre et de pouvoir échanger avec tout le monde. On sait également faire comprendre aux jeunes ce que l'on recherche. Il y a une volonté de la FFE d'accompagner les jeunes jusqu'au plus haut niveau. Un programme de concours leur a ainsi été présenté. On veut suivre ces jeunes cavaliers l’hiver en stage mais aussi en compétition tout au long de l’année. On a donc fixé quelques rendez-vous importants sur la saison notamment sur plusieurs étapes du Grand National."

Clément Boulanger, coach de Toscane Carloni Richard, qui a participé au stage avec Ambre d’Ermisserie, a été séduit par l'organisation de la journée. "Le programme de la journée avec deux enchaînements séparés par du travail technique est très enrichissant. Tout ça sans pression, ça permet de travailler dans le relâchement et ça met les cavaliers et les coachs à l’aise. Pour accéder au haut niveau, même chez les plus jeunes, il est important d’avoir un système qui commence par leur environnement quotidien et donc par leur entraîneur. C’est essentiel que nous soyons intégrés à ces stages et que l’on travaille main dans la main avec le staff fédéral. C’est à nous de leur apprendre dès le plus jeune âge les bonnes bases.". " L’idée avec cette journée était de détecter les potentiels de demain, leur donner des axes de travail, intégrer les coachs et avoir un échange technique et d’harmonisation du discours avec eux", confirme Sophie Dubourg, directrice technique nationale. "C’est également l’occasion d’une mutualisation du discours technique de nos entraîneurs fédéraux qui aujourd’hui ont la chance de collaborer et d’échanger. Ils ont observé collectivement les parcours de tous les jeunes, ça permet de partager leurs observations. Ils repartent avec des pistes de travail en ateliers dont ils pourront se servir sur d’autres stages durant l’année avec le même discours auquel ils ajoutent leur patte bien sûr. En tout cas ils savent ce qu’ils doivent rechercher et quel message faire passer."