Peter Weinberg : « Il n’y a rien de différent à faire en championnat par rapport à une Coupe des nations »
vendredi 16 août 2019

Peter Weinberg
Malheureuse en championnat, la Belgique de Peter Weinberg espère bien faire à Rotterdam © Scoopdyga

Brillant souvent en Coupe des nations et remportant d’ailleurs la finale de Barcelone l’an passé, la Belgique manque toutefois de chance en championnat ces dernières années. Absente par équipe des Jeux Olympiques de Rio, les championnats d’Europe de Rotterdam sont donc une occasion en or pour retrouver un quatuor belge aux Olympiades de Tokyo. Rencontre avec Peter Weinberg, le chef d’équipe.

Sur quoi vous êtes-vous basé pour former votre équipe composée de Pieter Devos, Jérôme Guéry, Jos Verlooy et Gregory Wathelet ?

Les Coupes des nations ont été très importantes, surtout celles qui comptaient pour le classement Longines et la finale de Barcelone. Il y avait tout de même d’autres Coupes comme celle de Rome et Aix-la-Chapelle qui, si elles ne comptent pas pour le classement du circuit, sont des superbes compétitions avec un très bon niveau et qui sont aussi importantes pour nous. Nous avons aussi fait attention à tous les autres concours tout le long de l’année, ceux en extérieur mais aussi ceux à l’intérieur en début d’année parce que le but était quand même la finale Coupe du monde où nous avions un certain nombre de cavaliers.

Que pouvez-vous dire sur votre équipe ?

Tous les couples choisis font du 5* et sont tous très compétitifs. Ils sont je pense, ceux en qui nous pouvons le plus croire pour les championnats mais aussi pour la finale Coupe des nations. J’ai aussi bien sûr fait attention au classement des cavaliers pendant toute l’année. Pieter Devos, Gregory Wathelet, Jérôme Guéry, Olivier Philippaerts, Jos Verlooy sont tous dans le top 40, et nous avons aussi Nicola Philippaerts et Niels Bruynseels même si eux ne vont pas à Rotterdam. Nous avons aussi d’autres cavaliers belges dans le top 60, mais parmi ces premiers cavaliers, j’espère avoir pu composer une bonne équipe.

Comment abordez-vous ces championnats où se jouent médailles et places pour les Jeux de Tokyo ?

Nous devons aussi nous qualifier pour les Jeux Olympiques pendant ces championnats. J’espère vraiment que nous ferons partie de ces trois nations qui obtiendront leur billet pour Tokyo, et même s’il restera une autre opportunité ensuite avec Barcelone, nous visons la qualification à Rotterdam. Beaucoup d’autres nations se battront également pour cela.

Très performante en Coupe des nations, la Belgique semble manquer de chance en championnat, comment expliquez-vous cela ?

Nous avons gagné la Coupe des nations de Sopot et nous avons terminé deux fois assez haut dans le classement avec une 2e place à La Baule et une 4e place à Sopot. Nous essayons toujours d’envoyer les meilleurs cavaliers et chevaux. Nous n’avons pas réussi à nous qualifier pour les Jeux Olympiques à Tryon simplement parce qu’il y avait un tour qui s’est mal passé en trop, nous n’étions juste pas assez bons, mais ce sont des choses qui arrivent dans notre sport. Nous ferons de notre mieux à Rotterdam afin de nous qualifier, mais il n’y a rien de différent ou de spécifique à faire en championnat par rapport à une Coupe des nations traditionnelle. Pendant toute la saison nos cavaliers ont fait de très bonnes choses en compétition, ils se sont classés et ont gagné des Grands Prix 5*, donc il n’y a plus qu’à espérer que tout se passe bien aux Pays-Bas et que l’on ait un bon résultat final.

Qui seront vos plus grands adversaires à Rotterdam ?

Toutes les équipes peuvent faire de très belles choses au vu de ce qu’il s’est passé pendant les Coupes des nations. C’est vraiment dur de répondre parce que tout peut se passer en championnat.