Revue des troupes à Chazey pour le staff fédéral du CSO
vendredi 22 janvier 2021

Barnabas Mandi, Henk Nooren et Edouard Coupérie
Barnabas Mandi, Henk Nooren et Edouard Coupérie © Jean Louis Perrier

Depuis deux ans la FFE a mis en place un dispositif pour soutenir les cavaliers de haut niveau avec l’encadrement du staff technique CSO. Six cavaliers du centre est ont pu en profiter dans les installations du Parc du Cheval de Chazey sur Ain.

Le schéma de travail est bien rodé autour d’Edouard Coupérie, Henk Nooren et Barnabas Mandi. Sur deux jours, les cavaliers profitent d’une session de travail, certains doublent la mise avec un second cheval, qui se compose d’une détente sur le plat sous l’œil expert de Barnabas Mandi, suivie d’un travail à l’obstacle avec les directives d’Henk Nooren et Edouard Coupérie. A Chazey, le petit manège se prêtait très bien à la première partie de la séance avant de poursuivre sur le parcours monté dans le grand manège. Pas de hauteur de Grand Prix, mais des lignes techniques pour apprécier la réactivité.

Les compétiteurs visés sont ceux du niveau des CSI 4* et les Jeunes Cavaliers "Nous avons fait un regroupement pour les Juniors au Mans et nous essayons d’intégrer les Jeunes Cavaliers dans ces stages. Ici il y a Antoine Ermann, malheureusement Léona Mermillod-Baron s’est blessée et n’a pas pu venir." expliquait Edouard Coupérie. Deux cavaliers de la catégorie U25 étaient de la partie : Mégane Moissonnier et Paul Delforge. Le tableau était complété par des cavaliers déjà expérimentés qui comptent bien revenir au premier plan en 2021 : Julien Gonin, Cyril Bouvard et Marie Pellegrin. Ces rendez-vous avec le staff fédéral sont très appréciés des participants. Paul Delforge qui y participe depuis deux ans déclare en tirer beaucoup d’enrichissements : "Sur le plat, ça nous donne une bonne ligne de conduite, et  ça permet de sortir les chevaux sur un autre site. Henk Nooren est présent sur beaucoup d’étapes du Grand National, donc il y a un suivi sur la saison, et c’est bien pour faire les débrief des parcours." Antoine Ermann confirme : "J’avais fait les stages Juniors, là c’est une bonne continuité. Mon coach Jérôme Ringot est venu le premier jour, on fait vraiment un travail d’équipe. On peut échanger aussi sur le prévisionnel de concours."

Marie Pellegrin est aussi super fan de ces stages : "C’est une chance de pouvoir disposer d’un tel encadrement. Le travail sur le plat est fondamental, Barnabas Mandi voit le moindre détail. Quand de mon côté je donne des stages, j’insiste toujours sur l’importance de la position. Avec lui, c’est au centimètre près et on se rend compte que ça change tout ! C’est par la position qu’on parle à son cheval, alors une mauvaise position c’est comme mal parler à quelqu’un : on n’arrive jamais à un bon résultat ! Boréale Fondcombe était en chaleur et d’habitude elle est vraiment délicate ces jours là, mais avec les conseils de Barnabas ça s’est beaucoup mieux passé ! Je suis très contente aussi de Casting de la Wantz que je n’ai que depuis quelques semaines."

Côté staff, le feeling est tout aussi bon, Henk Nooren l’exprime : "On voit des progrès technique très intéressants, on sent les cavaliers plus à l’aise dans les exercices. On cherche à les aider à montrer leur talent naturel. Ils travaillent tous beaucoup pour y arriver mais souvent ils manquent de bases. Nous allons continuer ces journées jusqu’à fin février. C’est une bonne occasion pour voir des nouveaux chevaux, et il y a des 8-9 ans qui seront très intéressants pour Paris 2024. C’est maintenant qu’il faut commencer à les préparer." 

La Directrice Technique Nationale Sophie Dubourg qui était présente sur la seconde journée tient beaucoup à ce dispositif : "C’est une bonne façon d’entretenir le contact avec les cavaliers. On les sent très motivés, et on voit des cavaliers qui investissent pour garder des chevaux en vue de la haute compétition." En bref, un stage fédéral, c’est trop génial !