Rob Ehrens : "Nous allons à ces championnats en tant qu'outsiders"
mardi 13 août 2019

Rob Ehrens
Avant d'aborder Rotterdam, Rob Ehrens fait le point sur une saison difficile à l'issue de laquelle les Pays-Bas ne se qualifient pas pour la finale de Barcelone © Scoopdyga

Si individuellement les cavaliers néerlandais continuent à triompher, les choses semblent plus compliquées par équipe depuis quelques années. Cette saison a particulièrement été difficile : les Pays-bas ne se sont pas qualifiés pour la finale Coupe des nations de Barcelone. 5emes aux Jeux Equestres Mondiaux, ils abordent toutefois Rotterdam avec leur billet en poche pour les Jeux Olympiques. Le chef d'équipe Rob Ehrens dresse le bilan de cette année à l’abord des championnats.

Les Pays-Bas ont subi deux forfaits consécutifs pour les championnats, cela a du être un coup dur pour vous et votre équipe...

Je n’étais pas très heureux en apprenant cela, en ce moment nous n’avons pas assez d’excellents couples et pour être honnête nous commençons un peu à manquer de chevaux. Glasgow van’t Merelsnest, le cheval de Jur Vrieling, n’était pas prêt pour les championnats ce qui n’était déjà pas agréable à entendre, mais il fallait se reprendre et faire passer la santé du cheval avant tout. Ensuite Don VHP Z, l'étalon de Harrie Smolders a aussi été forfait, il est toujours en concours mais il n’est pas dans la forme nécessaire pour tenir un championnat. Il faut donc faire des changements. Finalement je pense que nous avons tout de même une équipe solide pour Rotterdam. Nous devons y aller motivés et ne pas faire l’autruche et se cacher. Il faut être optimistes et tout donner.

Pouvez-vous parler de votre équipe finale, composée de Marc Houtzager et Sterrehof’s Calimero, Maikel van der Vleuten et Dana Blue, Frank Schuttert et Lyonel D et enfin Doron Kuipers et Charley ?

Ce seront les premiers championnats seniors pour Doron Kuipers mais aussi pour le cheval de Frank Schuttert, Lyonel D, même si lui était à Tryon. Marc Houtzager et Sterrehof’s Calimero comptent évidemment parmi les piliers de notre équipe. Maikel van der Vleuten a Dana Blue qui est une jeune jument, mais il est en pleine forme. Nous devons aussi penser à l’avenir : nous ne pouvons pas nous reposer sur nos acquis en ne choisissant que les couples habituels. Il faut aussi aller de l’avant et nous devons faire courir des championnats à des jeunes chevaux, leur donner ces opportunités ainsi qu’aux cavaliers sinon nous n’aurons rien l’année prochaine. Nous avons de bons cavaliers et des chevaux en pleine forme donc nous espérons faire le meilleur résultats possible aux championnats d’Europe.

Comment avez-vous réalisé votre choix ?

Nous établissons normalement un programme avec les cavaliers quant aux Coupes des nations, qui ont commencé à Sopot pour nous, puis à Geesteren, Falsterbo, Aix-la-Chapelle. Je devais prendre une décision après Aix. Nous n’avons pas un énorme réservoir de couples, peut-être huit ou neuf parmi lesquels je pouvais choisir, et je reste quand même chanceux d’avoir ce nombre de candidats potentiels. Dans tous les cas, ce genre d’incident arrive tout le temps : certains chevaux ne sont pas prêts pour des championnats, d’autres ne sont juste pas en forme sur le moment, d’autres sont blessés et il faut toujours prioriser la santé du cheval. Au final, un petit groupe finit toujours par ressortir du lot. Mais ne vous inquiétez pas, nous avons une équipe forte et nous ferons de notre mieux à Rotterdam.

Comment abordez-vous ces championnats, vous qui n’avez pas besoin de vous qualifier pour Tokyo ?

Nous n’avons pas de pression pour la qualification olympique et nous sommes très heureux de ne pas l’avoir. Il est en plus toujours difficile de monter à la maison devant son public pendant un championnat. Comme la saison n’a pas été très bonne, nous n’avons pas de pression et allons à ces championnats en tant qu’outsiders. Je pense que c’est une bonne chose et que ça va plutôt être un avantage pour nous.

Les Pays-Bas ne sont malheureusement pas qualifiés pour Barcelone, quel bilan faites-vous de cette saison Coupe des nations ?

A vrai dire, je dois admettre qu’à ce stade de la saison, rien ne marche, nous ne faisons pas de bonnes performances en équipe. Nous sommes actuellement en train de traverser une phase difficile mais nécessaire. Je dois dire que je travaille en tant qu’entraîneur national de l’équipe néerlandaise depuis 15 ans mais c’est la première fois, il me semble, que nous n’avions aucun cavalier à la finale Coupe du monde de Göteborg cette année, et c'est maintenant la première fois que nous n’avons pas d’équipe pour la finale Coupe des nations de Barcelone. Les choses sont telles qu’elles sont et nous devons l’accepter. La seule chose que nous pouvons faire est travailler dur pour arriver à un résultat et nous améliorer pour les Jeux Olympiques l’année prochaine.

Qui seront vos plus grands avdersaires à Rotterdam ?

En ce moment la Suède est dans une forme extraordinaire : elle a gagné trois Coupes des nations à la suite, mais ce genre de chose arrive et il faut faire attention de ne pas trop en faire. Tout peut arriver en championnat parce que tous les pays y participent, surtout ceux qui ne sont pas qualifiés pour les Jeux Olympiques, ils vont tout faire pour y être. Je pense que la compétition sera très rude. La Belgique aussi est très forte et bien sûr l’Irlande et la Grande-Bretagne… Je pourrais mentionner de nombreux pays !