Rodrigo Pessoa : "Il nous a manqué un petit quelque chose pour bien figurer à Tryon"
mercredi 14 août 2019

Rodrigo Pessoa
L'Irlande de Rodrigo Pessoa remet en jeu son titre européen © Scoopdyga

La pression est immense pour l’Irlande qui remet en jeu non seulement son titre européen et une médaille de bronze individuelle, mais doit également se qualifier pour Tokyo. Grande absente des Jeux Olympiques par équipes depuis plus d’une décennie, elle a tout de même su briller individuellement, en remportant en 2012 à Londres le bronze individuel grâce à Cian O’Connor et Blue Loyd 12. Rodrigo Pessoa, aux rênes de cette équipe à la veste verte depuis 2017, fait le point à l’abord des championnats de Rotterdam.

Comment abordez-vous ces championnats d’Europe ?

Nous remettons notre titre en jeu et nous avons aussi cette qualification olympique qui est vraiment importante pour nous. Cela fait longtemps que l’Irlande ne s’est pas qualifiée pour les Jeux, depuis 2004, donc c’est évidemment l’objectif principal de cette année. Nous essayons de bien nous préparer et d’arriver dans les meilleures conditions parce que la compétition sera rude.

Comment avez-vous fait votre choix d’équipe ?

Nous avons établi une liste des meilleurs chevaux que nous avions à disposition et ensuite nous avons essayé de faire un programme adéquat avec chacun. Le but était surtout de préserver la santé des chevaux mais tout en les préparant bien en vue d’arriver prêts pour les championnats fin août. Nous suivons individuellement chaque couple. Je passe moi-même beaucoup de temps aux Etats-Unis, tout comme Shane Sweetnam et Darragh Kenny qui sont des cavaliers qui habitent là-bas, donc je les vois pas mal pendant l’hiver.

L’Irlande semble avoir de très nombreux jeunes cavaliers, comment expliquez-vous cela ?

L’Irlande est vraiment un pays de cheval, les enfants commencent à monter jeunes et ils sont passionnés de chevaux. C’est de bon augure pour la suite car nous avons une nouvelle génération de très bons cavaliers. Il faudra juste qu’ils aient de bons chevaux pour pouvoir être performants au plus haut niveau. Mais en matière de cavaliers, nous avons ce qu’il faut, ça c’est certain.

Quels pays sont pour vous les plus grandes menaces dans la course olympique ?

Nous avons de la chance que quatre grosses nations soient déjà qualifiées : l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suisse et la Suède. C’est déjà un bon tri mais il reste un très bon groupe d’équipes. La Belgique sera très forte, l’Italie sera forte tout comme la France, l’Espagne… C’est encore très serré, il n’y a que trois places. La bataille sera vraiment très dure.

Quel bilan faites-vous de cette saison Coupe des nations ?

Nous avons fait des bonnes choses cette saison en Coupe des nations, nous avons été 4e, 3e et deux fois 2e. Les cavaliers sont bien performants mais il nous a manqué un petit quelque chose pour bien figurer à Tryon. Cette année, nous essaierons de réparer cela et de bien faire.

Avez-vous déjà la finale Coupe des nations en tête ?

Non pas encore, nous allons vraiment nous occuper de Rotterdam et une fois que nous en serons débarrassés, nous penserons à Barcelone. Mon contrat prend terme après la finale Coupe des nations donc nous rediscuterons pour savoir ce que nous ferons dans le futur. Maintenant que le Brésil est qualifié, nous avons tous les éléments sur la table pour savoir comment travailler de la meilleure manière, ou pas.