Sacrées belles bagares en paraéquestre à La Baule
mardi 15 mai 2012

la baule para 12-Pascaline Dalseme
Pascaline Dalseme © PSV

Débuter le circuit national paraéquestre au jumping de La baule : le projet était plutôt audacieux… De quoi décupler vendredi 11 et samedi 12, la niaque et la motivation des concurrents sur la prestigieuse piste en herbe. Parmi eux, Clémence Coudris, Cavadeos l'a rencontrée.

Comme chaque année, le public est resté après les épreuves phares pour soutenir les cavaliers para-équestres, français, mais aussi anglais et allemands, invités par l’organisation.  Et comme chaque année, les chefs de piste ont proposé sur les deux jours, des parcours de plus en plus délicats et intéressants à monter. Il fallait beaucoup de maîtrise pour déjouer samedi soir, toutes les difficultés de ce grand prix aux enchaînements redoutables comme cet obstacle numéro 9 après une délicate courbe à gauche, et derrière lequel il fallait très rapidement bifurquer à droite, pour tourner devant la rivière, et aborder une ligne 10/11 le long des tribunes…. Redoutable donc, mais pas inabordable, puisque toutes les catégories se sont départagées au barrage. En para-équestre Elite, l’expérimenté José Letartre s’est incliné devant Valéry Charley/Wildniki K qui fait ses débuts dans ces épreuves à 1m20 et hauteur d’un bon double sans fautes.

Barrage à 4 points en para-équestre 1 1m10 entre Cindy Duval toujours aussi efficace et complice avec sa Lady de Varenne, , et le britannique Toby Bevins/Askan Van Overis, barrage  remporté par la cavalière malvoyante du Havre.

Victoire féminine également en para-équestre 2 (90 cm) après un duel entre le vendéen Didier Tesson en selle sur un poney de 6 ans de son élevage Texas des Poirières, et Valérie-Anne Nicolas de retour à la compétition grâce à un cheval loué au centre équestre de La Baule Lord de Metendal.   

En para-équestre 3 (80 cm), 3 cavaliers étaient de la finale,  mais  seul Pascaline Dalseme est parvenue à réussir le double sans fautes, en compagnie du formidable Hyper d’Hebcrevon, celui avec qui elle avait frôlé la qualification au championnat d’Europe de dressage il y a quelques années, et qui lui offre aujourd’hui cet « immense bonheur » à l’obstacle.

Chez les non-voyants guidés (para-équestre 4), duel au sommet entre le tenant du circuit Salim Ejnaini et Ophélie de Favitski, à l’avantage de la jeune femme et de sa jument belle Charming Girl qui ne s’en laissent désormais plus compter au chronomètre…

L'Allemagne signe

On l’a dit, quelques cavaliers étrangers participaient à ces épreuves. Le saut d’obstacles n’est pas reconnu à l’international (pas de règlement, pas de championnat d’Europe, du monde, ni de Jeux paralympiques….), et l’envol n’est vraisemblablement pas pour tout de suite, compte tenu du peu de nations représentées… Ceci dit, alors que la perspective de faire une démonstration sur Normandie 2014 s’éloigne au triple galop, la bouffée d’espoir vient d’outre Rhin l’Allemagne rejoint l’aventure annonçait au micro Fanny Delaval responsable du paraéquestre en France. Il va d’abord falloir que les choses se structurent en interne, avant de peut être pouvoir envisager des invitations sur des concours germaniques, autrement dit pas d’affolement mais la dynamique continue ce qui semble l’essentiel… 

Prochain rendez-vous avec le jumping para équestre dès ce week-end à Vimory (45), durant le Grand Régional Centre,  pour une étape du circuit national et un challenge doté sur 3 jours de compétition.