Un Winter Tour bien court
vendredi 27 novembre 2020

Jérome Ringot et Bandidas d'Albain Winter Tour
Organisateur du Winter Tour avec l'équipe de Horse Events, Jérome Ringot n'en reste pas moins cavalier. Ici en piste avec Bandidas d'Albain © Jean Louis Perrier

Le Parc du Cheval de Chazey sur Ain retrouve ce week-end de l’animation pour un CSI* Winter Tour by Horse Events. Les cavaliers sont au rendez-vous, mais le circuit proposé par l’équipe de Jérôme Ringot risque bien de se réduire à cette seule étape.

Organisé en huis clos professionnel, le CSI 1* de Chazey by Horse Events a débuté avec deux épreuves jeudi 26 novembre. La piste dans le grand manège est pimpante, les cavaliers fidèles de la manifestation sont là, heureux de profiter d’une compétition toujours bien organisée, mais le protocole sanitaire en place et les incertitudes sur l’organisation future des compétitions changent la donne. Il y a un an, ce même concours étoffé d’un CSI Amateur et d’un CSI Poney, ouvrait une série de neuf rendez-vous organisé par Horse Events. Il n’en sera rien cette année, Jérôme Ringot explique : "Nous avions lancé un sondage pour savoir si les cavaliers seraient au rendez-vous et les réponses nous ont encouragé à le faire. Avec près de 300 chevaux, on va équilibrer le budget d’autant que le protocole qui nous interdit les espaces clos nous fait faire des économies en ne montant pas de structure autour de la piste. En revanche les années précédentes nous pouvions amortir la location des structures des boxes démontables sur plusieurs concours. Là nous pensions avoir au moins deux week-ends avec la Pro Elite Horse-ball la semaine prochaine, mais les joueurs de horse-ball n’ont pas le droit de jouer, ces rencontres devraient être reportées, mais on ne sait pas quand. Pour janvier nous sommes dans l’incertitude totale !"

L’organisateur a la responsabilité de la mise en place du protocole sanitaire. Pour cela l’équipe de Horse-Events a communiqué par mail en amont avec tous les engagés, rappelant les consignes, listant les personnes accréditées et expliquant le système de cantine avec réservation mis en place pour la restauration. A l’arrivée sur le site du Parc du Cheval, un contrôleur filtre l’accès. Marie-France Trahy qui fait partie du staff de juges et est médecin du concours explique : "C’est l’organisateur qui a la charge de la mise en place du protocole sanitaire, nous n’avons pas de rôle à ce niveau là, nous devons juste veiller au bon respect de ce protocole. Pour la distanciation, c’est facile, et pour le port du masque il y a quelques rappels à faire pour les reconnaissances mais je trouve que c’est beaucoup mieux respecté que pour la reprise des concours en juin. Il y a une prise de conscience."

Qui est Pro ? 

L’accès réservé aux professionnels ne se fait en aucun cas par référence au type de licence dont ne redira jamais assez à quel point la nomenclature fédérale "Pro" et "Amateur" est trompeuse. Cela est vérifiable par la détention d’un numéro SIRET référent à une activité équestre. Mais avec le jeu de la double activité, cela n’exclu pas d’authentiques amateurs. C’est le cas de Quentin Mémin qui gère deux salons de coiffure dans l’ouest lyonnais mais est aussi un grand passionné d’élevage. "J’ai monté une structure pour la gestion de mes chevaux d’élevage, donc à ce titre je suis professionnel et je peux participer à ces concours. Il y a juste qu’avec l’autorisation de réouverture des commerces samedi, finalement je serai dans mon salon ce jour là !". La dénomination "réservé aux professionnels" a aussi privé le concours de quelques participants suisses comme l’explique Pierre Kolly : "Nous n’avons pas cette distinction en Suisse et il n’y a pas de restriction pour l’accès aux compétitions mais des cavaliers amateurs ont pensé que comme la France interdisait la participation des amateurs, ils ne pouvaient pas venir."

Le nombre restreint de compétition en cette période de crise sanitaire favorise la concentration des cavaliers sur un même concours, et ce CSI 1*  a attiré des couples ayant déjà évolué sur des beaux rendez-vous 4*. Grégory Bodo, chef de piste du rendez-vous de Chazey gère : "C’est un peu faussé car il y a des cavaliers qui sont là pour préparer le Grand National de Mâcon. Mais il y a aussi beaucoup de chevaux qui reprennent la compétition en indoor, et de toute façon c’est un CSI 1*, on doit respecter les côtes. On peut jouer un peu sur la technicité, sur le temps, mais sans excès !"

Les verdicts du sport de la première qualificative pour le grand prix de dimanche ont été favorables aux cavaliers forts d’une belle expérience internationale avec une victoire de Laurent Guillet suivi par Julien Gonin, chacun associé à des 8 ans prometteurs, Camelia de la Vigne et Caprice de Guinfard. 

 Tous les résultats : ICI.