Un premier succès pour Marseille comme pour Hurel avec Limex
lundi 22 décembre 2008

marseille8-hurel-limex bis
Jérôme Hurel et Limex © Florence Chevallier

Le grand prix de la ville de Marseille couru à guichet fermé clôturait avec passion les 4 journées d'un jumping international du 18 au 21 décembre comportant trois épreuves pour le classement mondial.

ET c'est avec les encouragements du public totalement conquis que Jérome Hurel a survolé le barrage contre le français Julien Gonin et la cavalière hollandaise Anet Willens remportant le prix doté de 50000 euros.

Ne cachant pas son contentement Jérome Hurel a apprécié l'organisation de ce premier jumping international 3 étoiles à Marseille au parc Chanot « c'est une magnifique piste, du super matériel et les prestations étaient équivalentes à un 4 ou 5 étoiles ». Estimant que pour la deuxième ville de France « il était important d'avoir ce niveau de concours d'autant que le niveau des cavaliers dans le sud, très motivés, augmente ». A propos du parcours, le cavalier l'a apprécié sans retenue « assez ouvert, bien construit avec des débuts assez fluides, une grande courbe, le plus gros point était le temps assez serré ». Et c'est le temps qui a fait la sélection.De fait, c'était le premier prix de « Limex », un hongre de 8 ans : « je ne pensais pas gagner mon cheval n'avait jamais sauté dans des grands prix » devient officiellement le cheval de tête du vainqueur.

Au cours de ces journées ce sont donc 383 chevaux et 150 concurrents venus de 17 pays dont la Biélorussie qui ont participé à cet événement grâce à la volonté de la présidente du concours Gisèle Lieutier qui avait déjà organisé en 2006 le jumping national Pro 1 de Marseille. « Le succès du jumping national associé au besoin urgent de Marseille future capitale européenne de la culture pour 2013 de produire un événement plus prestigieux m'ont incitée à organiser un jumping international » d'autant que le nombre de licenciés et de clubs équestres ne cessent d'augmenter dans la région PACA. Aidée dans sa démarche par les subventions du sénateur maire Jean-Claude Gaudin et plusieurs partenaires d'un point de vue financier mais aussi grâce à l'appui de la FFE et bien sûr l'égide de la FEI. « Il n'en reste pas moins que la renommée du chef de piste Serge Houtmann » souligne la présidente « m'a permis d'obtenir la présence de très bons cavaliers » . Une manifestation qui devrait perdurer « si la ville de Marseille continue à financer l'événement » .