Record pour un reiner français
jeudi 12 juin 2014

Fabien Boiron et Jac Whiz
Fabien Boiron et Jac Whiz

Les organisateurs du Derby NRHA au Pin qui a accueilli également un CRI couru vendredi, ont vu le dimanche de Pentecôte un reiner français passer le cap d’un des meilleurs scores européens du moment.

Fabien Boiron, reiner de 27 ans, installé dans le bordelais remporte l’épreuve phare de l’événement (réservée au chevaux de 4 à 7 ans), le « Markel French Derby Open 2014 » en compagnie d’un cheval de cinq ans, Jac Whiz (Conquitador whiz), propriété de son éleveur Philippe Castel en devançant deux cavaliers belges réputés plus que brillants dans la discipline. Fabien Boiron obtient le score jamais atteint par le clan français de 229 points soit une moyenne de + 76). Le cavalier avait déjà remporté une épreuve le vendredi, sans mettre la pression avoue-t-il obtenant une moyenne à 74.5. « C’est une réelle progression depuis la première grosse épreuve en Novembre à Equita Lyon puis à Kreuth. Connaissant le potentiel du cheval et dans l’objectif de concourir la prochaine échéance du championnat Européen des pays affiliés, j’ai tenté de voir s’il tenait la pression. Il conforte toutes ces possibilités en augmentant à chaque fois son score. C’est divin » explique le cavalier qui voyait en début d’épreuve s’afficher les très bons résultats de Bernard Fonck et sa femme Ann Fonscks Poels ainsi que quelques belles prestations des divers européens présents. Avec cette victoire à 229 points, le jeune Français entre dans le Top 10 des Reiners sur l’ensemble de l’Europe (score établi depuis 2011) dont la meilleure prestation revient à l’Autrichien Rudi Kronsteiner avec 233. Pour l’avenir, interrogé sur l’éventualité de le voir entrer sur le circuit FEI, Fabien Boiron précise que pour l’instant la question ne se posait pas car son piquet était essentiellement composé de jeunes chevaux confiés par ses propriétaires éleveurs (Elevage Maqueline Reining Horses établi depuis 2008 dans le Bordelais par Catherine et Philippe Castel) et qu’il a la mission de les faire progresser sur un circuit adapté en vue des ventes nécessaire pour l’entreprise élevage. Par la suite, si l’opportunité se présente, avec un cheval de minimum six ans, il se verrait volontiers poursuivre la compétition dans cette direction.