7 ans: Les honneurs au Holstein et au Oldembourg
dimanche 27 septembre 2009

lanaken9-podium 7 ans
Le podium des 7 ans © Sylvia Flahaut

Dernière épreuve de la journée et de ces championnats du monde des jeunes chevaux, la finale des chevaux de 7 ans a vu très peu de couples se qualifier pour le barrage. Parmi les quatre cavaliers français participant à ce Grand Prix, aucun n'est malheureusement parvenu à signer un parcours sans faute.

Sur les quarante couples qualifiés pour cette finale seuls sept ont réussi à boucler un parcours sans faute, pour repartir au barrage. Un premier tour réellement difficile et long, aux dires d'Aymeric de Ponnat: « le parcours comportait pas mal de difficultés, notamment, le triple, en avant dernier, face au public. Quelques foulées derrière, le vertical aux couleurs des assurances Catherine De Buyl a posé lui aussi quelques difficultés. Le tour était long, et la fin difficile pour les chevaux ».

Néanmoins, comme dans les épreuves précédentes, les cavaliers n'ont pas manqué d'assurer le show et ont joué le tout pour le tout au barrage. Karl Brocks, cavalier allemand, y qualifie ses deux chevaux: Codex One (Contendro I) et Lamarque 7 (Limbus). Le cavalier signe son premier sans faute avec le fils de Contendro I, en 43,18. Mais le cavalier allemand Mario Stevens n'est pas loin, et ne compte pas se laisser faire. En selle sur sa superbe fille de Cordalmé Z, Corlanda (Old), le cavalier pose une sérieuse option sur la première marche du podium, en signant sortant de piste avec un chronomètre de 39,17. Judy-Ann Melhior, victorieuse hier dans les GP réservé aux étalons, boucle un tour sans pénalité avec sa jument grise prénommée As Cold as Ice (Artos Z). Un temps rapide, mais pas assez pour rattraper Mario Stevens. Dernier couple à s'élancer, Karl Brocks et son Holsteiner Lamarque 7, fils de Limbus, va mettre tout le monde d'accord en améliorant de près de 40 centièmes le chronomètre de Mario Stevens. Karl Brocks remporte donc l'épreuve et se classe également quatrième, respectivement avec Lamarque 7 et Codex One. Mario Stevens est deuxième, devant Judy Ann Melchior qui termine son championnat comme elle l'a commencé, avec succés.

Du côté des Tricolores, on s'avoue forcément déçus. Roger-Yves Bost et Aymeric De Ponnat, en particulier, pensaient bien mieux faire. Pour Aymeric de Ponnat, qui termine avec huit points de pénalité, O'Brion est entré en piste moins vaillant que les deux premiers jours: « O'Brion s'est pas mal énervé au paddock, il n'est pas sociable avec les autres chevaux, et ce n'est pas toujours facile de le garder calme. Aujourd'hui, en piste, je l'ai senti moins guerrier qu'à son habitude. C'est peut-être le public qui l'a impressionné: la carrière principale de Zangersheide fait un peu indoor. C'est très encadré et les obstacles sont vraiment regardants. C'est dommage, surtout qu'il avait réellement bien sauté les deux premiers jours ». Pour Roger-Yves Bost, même constat: « la jument était un peu fatiguée, elle ne s'est pas prise en charge... ». Ce dernier termine avec 20 points de pénalité, dont deux fautes dans le triple, et une sur le dernier vertical. Quant à Pénélope Leprévost, en selle sur Sobriquet d'Hoogpoort, elle termine avec huit points: la première sur le vertical numéro 2, « tout bête » selon Pénélope, et sur le dernier vertical, qui n'a décidément pas porté chance aux cavaliers français. Quant à Benjamin Robert et son étalon Quite Easy III, il termine avec 16 points de pénalité.

Ces championnats s'achève donc sur la victoire de l'Allemagne, qui monte sur les deux premières marches du podium avec des chevaux de la région du Holstein, et du Oldembourg.