Benoît, Navet et Guillon font la leçon
vendredi 22 juin 2007

nutrition-navet
Eric Navet en pleine démonstration Ph: C.Bigeon

La marque d’aliments pour chevaux DP Nutrition (Evialis) et le sellier Bruno Delgrange, se sont associés pour organiser, lundi 18 juin, dans le cadre du CSI de Mantes-la-Jolie, une journée de formation très pratique et concrète autour du cheval athlète avec trois intervenants de qualité.

La matinée était dédiée à des exposés très complets du docteur Philippe Benoit sur les thèmes de l’alimentation du cheval athlète, de l’utilisation de la thermographie pour l’examen de la selle sur le dos du cheval et de l’utilisation de la vidéo pour améliorer l’évaluation clinique du cheval de CSO.Après une pause déjeuner très conviviale, c’est en selle que les deux cavaliers professionnels sont intervenus : Eric Navet pour le travail sur le plat dans la perspective du concours et Olivier Guillon pour une séance sur les barres. « Nous organisions depuis six, sept ans, des stages avec les cavaliers de notre team, mais finalement, depuis deux ans, nous préférons mettre en place des démonstrations techniques avec des cavaliers que nous sponsorisons, explique Stéphane Jothy, chef du marché équin DP Nutrition chez Evialis Nutrition. La dernière fois, c’était chez Bruno Broucqsault où l’après-midi il y avait 400 personnes.

Cette fois-ci, il y avait une centaine de personnes. Peut-être est-ce plus difficile de mobiliser les gens en région parisienne ? » Peut-être aussi à cause de la date juste pendant la période des examens. L’expérience a été très enrichissante et a permis d’engager un vrai dialogue entre les professionnels, venus assister à cette journée et les trois spécialistes réunis. Le cheval est de plus en plus préparé comme un athlète aussi bien dans son alimentation que pour sa préparation ou son équipement… Une vision largement copiée de la médecine sportive humaine : le choix de l’alimentation dépend désormais du type d’effort demandé. Le concept commence à entrer dans les mœurs, bien qu’il arrive encore que des chevaux de CSO aient des crampes et donc soient moins coopératifs en fin de parcours à cause d’une raison physique liée à une mauvaise gestion de l’alimentation. La gestion de l’effort et la nourriture de l’équidé ne semble pas être un sujet assimilé par tous. Voilà, quelques une des informations qui sont passées auprès du public présent. La connaissance du cheval athlète n’est pas terminée, mais ce type de journée permet la diffusion de connaissances pointues applicables pour le plus grand nombre.

Photos: C. Bigeon