King of rock, ce Semilly !
mardi 07 juillet 2009

auvers9-rock'nd roll
Rock'and Roll de Semilly et Jean François Filatriau/Patrick Gourdin

Déjà remarqué aux 3 ans, Rock’N Roll Semilly, bel athlète de l’élevage Levallois à la corpulence flatteuse, a rempli son contrat en signant un double sans faute sous la selle experte de Jean François Filatriau. Il s’impose sur le C.I.R d’Auvers avec une note générale de 17,25.

L’Eperon du mois d’Août vous proposera un portrait de ce mâle par Diamant de Semilly et une mère par Apache d’Adriers. Vous verrez, qu’outre ses moyens, son papier le prédispose à de belles performances futures. Son dauphin Rinaldo Rouge, bien que né dans le terroir normand comme l’indique son affixe, est issu du holsteiner Quite Easy de Bernard Lecourtois et d’une mère (Ilda la Rouge) par le holsteiner Libero H. Son cavalier, Frank Hériveaux dit de lui qu’il est à la fois moderne, sérieux avec un mental de compétiteur… « un vrai cheval à vieillir » gratifié d’une note générale de 17,12.Jérémy Leroy, le cavalier de Bruno Rocuet, gagnait l’an dernier ; Troisième cette année, il montait Rolling Pierre, fils de Quick Star et Bourrée d’Aure (Benroy). C’est la souche de Michel Chambry qui fit beaucoup confiance à Benroy et produisit la bonne jument aubère d’Edouard Couperie Soutache d’Aure (ISO 167/96). Noté 16,62 et bien entendu double sans faute, Rolling Pierre (un nom déjà entendu !), pourrait être un nouvel ambassadeur de Quick Star à s’illustrer à la Grande Semaine.

De l’avis général, le lot de mâles était assez homogène et de qualité avec quelques sujets sortant du lot et potentiellement « Elite » à Fontainebleau. Le classement s’effectuait tous sexes confondus. En revanche, les juments (124 au total) ne semblent pas avoir connu le même succès que les mâles (129) puisqu’il faudra aller chercher la première de ces dames aux alentours du 9ème rang (15,87) avec la jument de Lucie Janvier, Rhéa de Moyon (Diams du Grasset x Narcos II). Les mâles sont ils plus précoces ou le fait d’avoir suivi le circuit étalon à 2 et 3 ans les rend plus disponibles plus tôt. Les juments ne prendraient le travail qu’en tout début d’année. Il leur faudra courir après les points de bonification pour être « Elite ».

D’un point de vue technique, Jean-Paul Lepetit avait dessiné deux parcours sans piège. Le premier, qu’il qualifie, "d’aéré" plaçait la rivière comme dernier obstacle (N°10), le second « un peu plus serré » présentait la rivière au milieu du parcours. Les côtes ont été conformes au règlement de la SHF : 1,15 m maximum sur les verticaux, 1,10 m pour les oxers et 1,30 m de large, 5 cm de moins dans les combinaisons.

A suivre dans l’ouest, le C.I.R du Lion d’Angers du 6 au 10 juillet.