L'espoir et le rêve face à la réalité
mardi 23 février 2010

stlo10-salon étalon
beaucoup de personnes autour du ring de présentation © Paul Dubos

Le salon des étalons de sport ce week-end à St Lô, dont on pouvait craindre qu'il souffre de la morosité commerciale du secteur, a finalement tiré son épingle du jeu et connu de l'avis général une belle réussite.

Un plateau d'étalons tout a fait exceptionnel et complètement international, avec les Baloubet du rouet, Cassini II, Arko III, San Amour, Mylord Carthago, Kannan, Modesto, Quite easy, Alligator Fontaine,Adorado, Epsom Gesmeray et jeunes prometteurs: On Ira (frère de Kraque boom), Diarado (champion hoslteiner, fils de Diamant de semilly) etc... Des éleveurs et cavaliers français et étrangers eux aussi de renommée mondiale dont Kévin Staut, Eugénie Angot, Nicolas Delmotte , Aloïs Pollman, Pédro Nolasco, etc. Une organisation sans faille, malgré la difficulté de gérer un show de quelques 125 étalons,Voila le secret de la réussite de ce salon qui a connu une fréquentation toujours importante (environ 4500 visiteurs) surtout le dimanche, et une bonne activité commerciale aux dires des principaux étalonniers présents. Difficile de sortir des noms parmi ce super panel de reproducteurs , mais disons que le champion de l'agrément du holstein Diarado n'est pas passé inaperçu , pas plus que les Quintus, Frazes,(bel anglo d'1,72 m) Cassini II, Campo flamingo Z etc...

Frédéric Neyrat (BHL) reconnaissait : "le succès et l'utilité de ce salon, où on voit des normands mais aussi beaucoup d'étrangers, on a besoin d'événements comme cela, ça fait du bien. Au plan commercial nous avons bien travaillé grâce à nos étalons prestigieux que sont Tinka's boy, Cassini II, Epsom gesmeray".Pour Grégory Mars (Haras des M): "l'organisation était très bonne, et au plan commercial c'était un peu plus calme que les années précédentes" . Une opinion qui était aussi celle de l'IFCE (ex Haras nationaux) et de Richard Levallois. Pour Michel Guiot (haras de Talma) : "le bilan est très positif surtout quand on a un catalogue avec des grosses vedettes, par contre c'est un peu plus dur avec les jeunes étalons. Et puis ici c'est un salon où il y a le plus de rapport entre étalonniers et éleveurs qui sont des ruraux, vrais connaisseurs". Arnaud Evain pour le GFE avouait " Pour nous, c'est un meilleur salon que l'an dernier et puis c'est toujours un spectacle sympa ". Enfin, Rodolphe Bonnet (haras du bois margot) se félicitait de l'organisation tout en regrettant: "la présence d'étalons non agréés SF alors que la règle de départ les excluait. Nous avons bien travaillé dimanche, mais nous faisons un effort sur les prix face à la conjoncture difficile et à la diminution du nombre de juments sailliest".C'est effectivement là, la question de fond qui ressort coté éleveurs, la prudence dans les prix et la tendance à la réduction du nombre de juments saillies. Nombre dés étalons présents à ce salon (dont près de 40 % étaient étrangers) et d'autres auront au final, un carnet de bal peu garni spécialement parmi les jeunes ou moins performants.