La tradition a du bon !
samedi 10 décembre 2005

salon5-amazone
Ph. cavadeos

Elles adoptent la tenue noire pour respecter la tradition lors des présentations mais elles sont également fortes élégantes lors des animations représentatives des régions.

Les amazones, très fidèles au Salon de Paris pour quelques démonstrations et concours maintiennent les principes d’une équitation ancienne très représentative tout en s’adaptant à l’air du temps avec la participation assidue de jeunes cavalières qui préfèrent cette manière de monter à celle pratiquée à califourchon.« Cette équitation n’est pourtant pas une chose facile » comme le précise le Colonel de la Porte du Theil, écuyer en chef du Cadre Noir de Saumur, venu en juger pour l’épreuve individuelle de saut d’obstacles qui nécessite une monte plus sportive. « En effet, elle nécessite un travail particulier ou le corps et la main du cavalier interviennent. Plus de finesse, de connivence sont nécessaires pour faire fonctionner le couple de cette façon. Ces cavalières font preuve d’une maîtrise solide et d’un grand esthétisme ». L’équitation amazone représente aujourd’hui quelque cinq cents cavalières réparties dans tout l’Hexagone réunies dans les clubs qui souhaitent diversifier leurs activités ou regroupées au sein d’association. Christine Theron-Rochette, présidente de la commission nationale, précise que la promotion et la représentation extérieure de l’équitation amazone est assurée par l’association des Amazones de France qui édite un bulletin qui relate les compétitions et précise les informations nécessaires aux passionnés. De son côté, la commission fédérale, présente sur ce salon, regroupe les cavalières licenciées, veille aux admissions aux diplômes (bénévole ou enseignant) et orchestre certaines compétitions en sus de celles proposées par les clubs ou les régions. L’équitation amazone s’articule autour de compétitions de dressage, de CSO ainsi que des parcours de chasse. La manifestation la plus importante à lieu en été, dans le cadre du Haras national du Lion d’Angers, en présence d’une centaine de cavalières dont un tiers étrangères. Un futur spectacle à ne pas manquer pour la saison 2006. Pour clore ce salon de Paris, les amazones décerneront le Trophée Amazone des régions. Verdict ce week-end à l’issue d’une reprise imposée en costume classique et d’une animation région sous forme de tableaux orchestrés par les équipes. La fantaisie, la tradition ou l’histoire sont alors de mise parmi les costumes ou les harnachements.