Le Percheron
mardi 18 septembre 2001

Percheron-mondial
Percheron-mondial

Les 21, 22 et 23 septembre, le Haras du Pin accueillera le Mondial du Percheron. Une occasion de redécouvrir cette figure emblématique de notre patrimoine rural.

Très prisé à l’étranger, il est le cheval français le plus exportéUne force de la nature au physique irréprochable qui cache sous sa robe grise ou sombre des muscles de titan, un courage à toute épreuve et le caractère d’un tendre, le percheron court le monde à travers cinq continents. La population mondiale est estimée à plusieurs centaines de milliers de sujets. Mais c’est aux États-Unis que le phénomène percheron revêt la plus grande ampleur : plus de mille chevaux furent exportés depuis la France vers le continent américain entre 1870 et 1880. Les éleveurs et importateurs se regroupèrent sous la bannière d’une Société hippique percheronne américaine. De leur côté, les éleveurs français créèrent en 1883 leur propre Société hippique percheronne. D’un commun accord, Français et Américains admirent que tout cheval quittant son sol natal devait être inscrit au stud-book d’origine avant d’être enregistré aux États-Unis.

Deux guerres mondiales, la mécanisation agricole et les véhicules à moteur sonnèrent le déclin des races de trait. Le percheron ne fit pas exception. Aux États-Unis, la passion pour ce cheval polyvalent et maniable le préserva. En France, par contre, son élevage frisa la disparition pure et simple. Toutefois, grâce aux efforts de quelques passionnés, le vigoureux équidé refit surface dans les années 80.

La race, très ancienne, a bénéficié d’un apport de sang arabe, incontestable chez les juments issues des élevages normands du Perche où le percheron semble avoir toujours été présent. Au Moyen Âge en effet, les étalons orientaux capturés lors des batailles contre les Maures sont employés pour améliorer les souches locales. Cette tendance se perpétue à la création du Haras du Pin, qui propose des étalons arabes pour la saillie des juments locales. De tout temps, le percheron suscita les passions. Il faut reconnaître que cet athlète à la force tranquille a su, par son courage et sa détermination, trouver emploi dans des corps de métiers bien différents ! Aujourd’hui, la demande favorise deux types de percheron : le trait et le diligencier. La taille et le poids imposants du premier (plus de 1,64 m et 700 kg) le prédestinent à la traction : c’est le cas du timonier attelé par les Japonais dans les courses de trait-tract ou encore des débardeurs allemands. Son arrière-main puissante lui confère une force particulière. À la tâche, son allure de prédilection est le pas. Le diligencier possède, lui, un modèle différent. Grand, élégant, il se distingue par l’étendue de son trot. Sa croupe est moins basculée. C’est le cheval d’attelage par excellence, particulièrement prisé sur le continent nord-américain.

Cheval distingué, osseux, vif et délié dans son action, étendu dans son travers et sur ses bases. Allures amples, actives, fort engagement des postérieurs. Taille : 1,55 m à 1,85 m.Poids : de 500 kg à 120 kg. Robe : du gris, pommelé ou non, au noir. Corps massif, dos droit musclé, flancs pleins. Tête expressive, oreilles longues, chanfrein droit ou camus ; large et belle encolure.Avant-main : épaules longues, inclinées, garrot sorti. Arrière-main : hanches longues, croupe ample.Membres : sains, forts (avant-bras larges, cuisses musclées, jarrets larges), canons courts. Pieds : talon accusé.

“Au seuil de ce nouveau millénaire, le percheron est plus léger et possède bon pied, bon œil, confirme François Chouanard. président de la Société hippique percheronne. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour le valoriser aux yeux du monde. Son standard, ses aptitudes, son caractère légendaire doivent faire l’objet d’attentions particulières pour correspondre au mieux aux attentes.” Le loisir est aujourd’hui le marché principal : le citadin redécouvre avec bonheur le tourisme attelé et sillonne les campagnes en roulotte ou chariot bâché ; le Trec attelé, l’attelage de tradition font des adeptes de plus en plus nombreux. De leur côté, les centres équestres et poney-clubs trouvent avantage à s’offrir les services cet athlète calme et docile, qui n’a pas son égal pour transporter le foin ou le fumier et qui, à ses moments perdus, emmène jeunes et moins jeunes en voiture, pour une joyeuse escapade à travers champs.

Les 21, 22 et 23 septembre prochain, le cadre prestigieux du Haras national du Pin accueillera les Journées mondiales du percheron. Celle du 21, réservée aux professionnels, regroupera les meilleurs spécialistes. On y débattra de “l’avenir du percheron dans le nouveau millénaire” (toutes activités dans le monde confondues). Les journées suivantes seront ouvertes au public. Des attelages américains, anglais, allemands seront présents, d’autres vindront des diverses régions de l’Hexagone. Au programme: compétition, débardage, courses de trait-tract, travail agricole, attelage de tradition, tableaux historiques, nouvelles utilisations, concours de modèle. Cet événement, instauré en 1978 et qui a eu lieu précédemment en Angleterre, France, Canada, États-Unis (tous les trois ans), rassemblera des milliers de visiteurs ainsi que de nombreux congressistes venus d’une quinzaine de nations. Il s’agit de fêter le percheron (plus de trois cent cinquante chevaux animeront ces trois journées), mais également de partager idées nouvelles et expériences qui permettront d’assurer l’avenir de cette race.

Société hippique percheronne1, rue Doullay - BP 32 - 28402 Nogent le Rotrou Tél. 02 37 52 00 43 . Fax 02 37 52 93 20 Http://www.percheron-france.org e.mail : shpf@percheron-france.org

Haras national du Pin Cidex 1703 , 61310 Le Pin-au-Haras Tél. 02 33 12 16 00 . Fax 02 33 36 14 12 e.mail : haras.lepin@haras-nationaux.fr