Les demoiselles en piste
vendredi 12 décembre 2008

arabe8-Pianissima
Pianissima © Béatrice Fletcher

C’est dans une carrière réduite à sa plus simple expression, perforée par les poteaux de soutainement du boulevard périphérique, ne concédant aux spectateurs lambda qu’une seule tribune que se déroule cette année le Championnat du Monde du Cheval Arabe.

Des cerbères de l’entrée aux files d’attente interminables pour décrocher son badge, en passant par les écuries ouvertes au grand public dans un Hall différent du terrain de concours, le tout dans un décor spartiate, sur fond d’accueil et d’organisation générale sans réel professionnalisme ni franche convivialité, de quoi irriter, et initier, comme chez cet éleveur suisse, des remarques aigre douces dans le genre “Le Championnat ferait bien de déménager de Paris”. Un début de championnat qui laissera sans doute peu de souvenirs impérissables, si ce n’est aux propriétaires et éleveurs des jeunes championnes qui réussirent ce matin à décrocher une place en finale pour dimanche.

Chez les plus jeunes, elles étaient 29 à se mesurer face à un panel de sept juges internationaux, dont le français Richard Pihlström. Le Groupe A est remporté par la deux ans Magnum Madonna, née en Afrique du Sud et appartenant au belge Paul Gheysens, qui obtient une très belle moyenne de 93.5. Ses trois dauphines, Princess of Marwan (Australie), Djoonam (EAU), et Baila de Djoon OS (EAU) disputeront elles aussi la phase décisive de ce championnat. Le second groupe de la jeune classe est clairement dominé par les Emirats avec en tête de liste trois de leurs représentantes, dont la ravissante Abha Palma, qui obtient 92.5, Om El Bernadette, et Pandorrah. La Pologne se glisse à la 4ème place avec Psyché Victoria.Chez les aînées (4ans et plus), victoire incontestable et prévisible dès sa première apparition du premier groupe de la belle Pianissima, née et appartenant à l’Ecurie polonaise Stadnina Koni Yanow Podlaski, qui écrase les autres prétendantes avec 94 point de moyenne. Abha Myra (Quatar), Pistoria (Pol), et Venetzia dont retenues pour le second tour. Dans le dernier groupe, parmi les 10 juments grises en lice, c’est Martinique (EAU) qui l’emporte devant Emesa (Pol), M A Scarlet (Ita), et Nerl, première représentante de la Russie à ce niveau. La seule française de la journée, Maya des Alpes, devra se contenter d’une septième place. Demain samedi dès 10 heures, ce sera au tour de ces messieurs de venir séduire les juges. Souhaitons que le comité organisateur redresse la barre, et fasse en sorte que ce microcosme de passionnés venu de la planète entière conserve de la France une image qui l’incite à retenter un éventuel voyage.