Pas de quorum mais des discussions franches
samedi 28 février 2009

SHF9-damians
Marc Damians © Claude Bigeon

Vendredi 27 février, la SHF (Société hippique française) tenait son assemblée générale ordinaire à Paris avec un ordre du jour classique sous la présidence de Marc Damians.

C’est devenu une habitude pour cette association chargée de l’organisation des circuits jeunes chevaux et poney (depuis peu) dans les disciplines du saut d’obstacles, du concours complet d’équitation, du dressage, de l’endurance et de l’attelage. Mais, une fois de plus le quorum n’a pas été atteint. Une situation qui ne permet donc pas de valider cette AG par les votes obligatoires (rapport moral du président, rapports du commissaire aux comptes, approbation des comptes de l’année 2008 et quitus au comité, vote des budgets prévisionnels de l’année 2009 et montant de la cotisation). Bruno Mellet, le directeur de la SHF ayant annoncé les chiffres liés au quorum : « Sur les 971 membres de la SHF à jour de leur cotisation en 2008, le quorum est à 486, il y a 287 présents ou représentés. Le quorum n’est pas atteint. » Marc Damians a cependant pu rappeler l’importance de l’activité de la SHF en 2008 avec « 1211 concours jeunes chevaux et poneys organisés par la SHF ou sous son égide…. Environ 16 000 chevaux et 850 poneys inscrits dans nos épreuves… un total de près de 130 000 engagements soit une très légère augmentation par rapport à 2007… le CSO reste la discipline la plus « courue » soit 81% des engagements puis viennent le complet, un peu plus de 5%, l’endurance qui confirme sa troisième place, le dressage et le hunter à part égale, et enfin l’attelage avec 1200 engagements, soit une progression de 13%... les poneys, les engagements ont progressé de 25% en CSO et de 30% en dressage…. » Le président de la SHF a fini cette énumération statistique par celle concernant le nombre d’engagement des chevaux en épreuves SHF sur la période 1997-2007. Le constat est positif pour les trois disciplines olympiques puisque l’évolution est de 20% en CSO (83 000 à 100 000), en complet de 3 600 à 5 800 et en dressage de 2 400 à 3 700. Marc Damians a pu aussi annoncer les chiffres des dotations distribuées par la SHF en 2008, soit un montant total de 4 492 000 euros dont 2 480 000 euros venant du Ministère de l’agriculture, 1 200 000 euros provenant du Fonds Eperon et 810 000 de la SHF.Une bonne nouvelle pour l’instant, l’annonce faite par le représentant du ministère de l’agriculture, en l’occurrence, Charles de Certaines du maintien des aides de l’Etat au même niveau pour 2009.

Après l’énumération des actions de l’année 2008 dont l’internationalisation des finales, le président de la SHF a évoqué les projets pour 2009. Parmi ceux-ci on peut noter la modification du TDSO, des stages aux meilleurs couples de dressage lors des finales, la création d’un circuit en complet pour les poneys, une réflexion sur le cycle libre… Mais le projet le plus important pour l’avenir de la SHF est celui de « l’élargissement des missions actuelles de la SHF » par la mise en place d’une société-mère du cheval de sport. « Il s’agit d’élargir la représentativité actuelle de la SHF à 4 collèges : un collège de socioprofessionnels représentant les cavaliers, éleveurs et propriétaires de chevaux et poneys ; un collège de cooptés ; un collège de l’élevage composé des associations de races et un collège représentant les associations et syndicats régionaux d’éleveurs et les marchands. » Ainsi ce projet donnerait à la SHF des prérogatives élargies dont par exemple la revalorisation et la gestion des encouragements, la révision des calculs d’indices spécifiques aux jeunes chevaux et poneys, la caractérisation des jeunes chevaux et poneys, le développement des synergies entre l’élevage, la valorisation et la commercialisation….. Cette modification importante devra être soumise à une assemblée générale extraordinaire en juin. C’est tout du moins le délai qu’espère tenir Marc Damians.

Présenté par le trésorier Franck Bruneel, le compte de résultat 2008 affiche des pertes de 42 996 euros, mais la bonne nouvelle vient du maintien des aides de l’Etat au même niveau. Présent, François Roche-Bruyn, le directeur des Haras nationaux a pu faire état de l’avancement du dossier de rapprochement ENE-HN dont le contrat d’objectif et l’architecture doivent être achevés pour cet été avec l’idée d’une mise en place au 1er janvier 2010.Représentant Marie-Hélène Le Henaff, Charles de Certaines (sous direction du cheval) a rappelé que le budget de fonctionnement attribué par l’Etat à la SHF a augmenté de 11% 170 000 à 190 000 euros et le budget d’intervention de 2 400 000 euros a été maintenu. « Le service instructeur du Fonds Eperon est désormais placé au sein de la Fédération nationale des courses, a précisé Charles de Certaines. Cette maison-mère du cheval de sport est une excellente initiative car elle mutualise des moyens, permet des économies d’échelle. Cette maison-mère doit répondre à une logique de projet et non pas de pouvoir. Le ministère de l’agriculture attache de l’importance à la réalisation de cette maison-mère. » M. Dassonville, le président du comité de pilotage du Fonds Eperon a pu rappeler la manière dont ce Fonds fonctionne « … Nous devons rester dans le schéma d’ensemble et non dans le sens d’une compétition. » Charles de Certaines qui a rappelé les 300 000 euros attribués par le ministère pour le site de Fontainebleau, n’a pas caché le projet qui est en cours de suppression de la prime au naisseur car « le but est d’avoir une attention plus grande aux professionnels et non pas de faire du saupoudrage. » En 2008, ces primes au naisseur totalisaient 650 000 euros. Ce montant devrait toutefois être alloué au collège des producteurs.Enfin pour répondre à l’annonce de la FFE de reprendre les épreuves de 7 ans, Marc Damians précisera qu’ « il y aura bien une finale des 7 ans à l’identique même si elle ne portera pas le nom de championnat de France, sa dotation en sera d’ailleurs renforcée. » On le voit la SHF avance ses pions et marque son territoire dans la perspective de son élargissement.