Retour sur les 6 ans avec l'analyse de Patricia Cagé
mardi 08 septembre 2009

GS9-pepite-escande
Pépite de l'Estrée et Christophe Escande © www.scoopdyga.com

Le Grand Critérium des six ans présente toujours son lot de surprises. L’édition 2009 n’a pas échappé à la règle, voyant d’abord les deux leaders mâle et femelle du classement provisoire du championnat s’effacer, et les juments prendre nettement la main sur leurs congénères masculins.

En effet, c’est avec une apparente facilité et encore une belle fraicheur que la première concurrente à s’élancer sur ce long parcours de la finale, Pin Up du Rivage (Verdi ) bouclait le tour sans faute largement dans le temps sous la selle d’un jeune nouveau venu, néanmoins plein de sang froid, Guillaume Roland Billecart, cavalier de l’écurie René Lopez. Faisant dans l’ensemble preuve d’une meilleure tenue au cours de ses trois journées de compétition, les femelles furent huit à résoudre parfaitement les difficultés proposées par Jean Paul Lepetit, chef de piste dédié à cette génération. Parmi les points délicats, un ligne triple barre, double en descente et en direction de la Paillote et de son amas de spectateurs, une ligne rivière, droit et enfin un triple suivi rapidement dans un changement de pente, d’un droit final d’1,45 m. Bref, des fautes un peu partout et un parcours fatal à la championne des 5 ans de l’année dernière, Prettywoman de Ravel, qui est apparue peu disponible aux actions de son cavalier, Luc Couteaudier, fatal aussi, deux fautes, à Wirma, une fille KWPN du selle français Hors la Loi II, étalon en Hollande, jusqu’alors en tête du classement provisoire du Championnat.

Parmi les 7 juments potentiellement Elite, seule Pépite d’Estrée (Fidelio du Thot) assurera jusqu’au bout sous la selle d’un cavalier d’expérience, Christophe Escande. Très fraîche, intelligente et entrant en piste avec la volonté de bien faire, peut être la marque de son père et aussi de son grand père, Le Tot de Semilly, Pépite est un petit bijou que Sophie et Christophe Escande se sont offert alors que la pouliche, née dans leurs installations, avait deux ans. Au terme d’une saison parfaite, Christophe Escande, très enthousiasme, entrevoit un bel avenir pour sa protégée.

 

Six autres juments sans faute accrocheront la mention Excellent : Padisha de Mars (Dollar dela Pierre), 2e du criterium, une petite jument généreuse et souple bien conduite par Julien Mesnil, le cavalier du Haras des M dont la monte a nettement évolué cette saison ; Pin Up du Rivage, déjà citée avec Guillaume Roland Billecart ; Polka des Peux (Calvaro), Elite à 5 ans avec Joachim Jacques ; Paille de la Roque (Kannan) avec le champenois Stéphane Frey ; Thyrza de Sainte Hermelle (Surcouf de Revel), sBs, bien pilotée par l’une des trois cavalières de cette finale, la précise Adeline Lefebvre ; Pin Up de la Violle (Quatoubet du Rouet), forte et qui emmène un peu Nicolas Houzelle alors que la généreuse Planète Dampierre (Kannan), puce sauteuse sous la selle de l’inimitable Pierre Jarry, pénalisée par sa note de modèle, terminera Très Bon. Citons également dans la catégorie des Excellents, mais non présentes au barrage du Grand Criterium pour une faute, Csarina de Fuyssieux (Casario II) holst montée par Christel Boulard ; Pepyt’des Elfs (Landstrum) et Grégory Cottard ; Prunelle du Montois (Dollar du Murier) et Alexandre Sueur ainsi que Précieuse Ar Park (Papillon Rouge) et Marc Lucas.

Les mâles et hongres, de leur côté, se sont montrés moins performants, certains accumulant les fautes lourdement, beaucoup ayant perdu de leur superbe des deux premiers jours. Quatre sans faute seulement parmi ceux-ci et la déception d’un public conquis par le très beau selle italien Ladro Di Cuori Di Ca’san (Kannan), dont les prestations sous la selle d’Eric Navet, il est vrai, jusque là étaient un enchantement. Le droit final a barré l’accès au titre de champion des six ans qui lui semblait tout acquis. Il sauvera néanmoins sa place parmi les Elites, grade qu’il obtenait déjà à cinq ans, mais laissera le titre de champion au Bwp Dalton van het Lindenhof (Bon Ami) , placé en embuscade et irréprochable sous la selle de Nicolas Delmotte.

Véritable force de la nature, cet imposant bai foncé est plus typé de son grand père maternel Darco, qu’il ne l’est de son père, le gris Bon Ami qui accomplit en son temps une belle carrière internationale avec Eric Wauters. Détecté par le marchand belge bien connu Guido Bruyninks alors qu’il n’avait pas tourné du tout avant cette saison de six ans, Dalton a montré tellement d’aisance que Nicolas, faisant fi de l’inexpérience de sa monture, n’a pas hésité une seconde à courir ce championnat. Un galop impressionnant, constamment en quatre roues motrices, l’animal n’était sans doute pas à mettre dans n’importe quelles mains…Deuxième du championnat, Elite également, Petrus du Mazin (Heartbreaker) est 9e du critérium sous la selle du cavalier de l’écurie Rocuet, Jeremy Le Roy juste derrière un autre fils d’Heartbreaker, également Elite, le beau Paradis Latin qui ravit sa cavalière, Pascale Wittmer.

Mais le gagnant du grand critérium, pénalisé par un quatre points sur la toute première qualificative, devra se contenter de la mention Excellent. Phedras de Blondel (Fétiche du Pas), hongre, frère entre autres de la grande gagnante de Robert Breul, Vergonne II, grande action et beaucoup de souplesse, de ceux qui ont su garder de la fraîcheur jusqu’au bout, s’est montré efficace et très plaisant, bouclant un tracé serré mais moelleux, parfaitement disponible aux demandes de Christian Hermon. Acheté à Fences à trois ans par Pascal Nodé Langlois, le fidèle propriétaire suisse de Christian Hermon, ménagé dans ses années de quatre et cinq ans, Phedras de Blondel devrait ajouter encore une référence de qualité à une famille déjà riche en la matière