Championnats France Dressage : ils se sont démarqués
mercredi 08 septembre 2021

Daft Punk des Baisses, meilleur mâle de trois ans sur l’épreuve liberté, ici lors de la remise des prix avec Nicolas Commenge
Daft Punk des Baisses, meilleur mâle de trois ans sur l’épreuve liberté, ici lors de la remise des prix avec Nicolas Commenge © Sabine Mottet

Les championnats France Dressage 2021, qui se sont tenus au Pôle européen du cheval d’Yvré-L’Evêque, offrent une vitrine des meilleurs très jeunes chevaux et poneys orientation dressage nés en France. Qui sont leurs éleveurs, leurs préparateurs et leurs cavaliers ? Tour d’horizon.

Christine Nevejan a créé la bonne surprise quand son foal Rumi de St Jean (Secret) a remporté le championnat des foals mâles, avec 9.5 au trot et 10 au galop ! L'éleveuse, de nationalité néerlandaise, n’aurait pas pu être plus heureuse, car elle a réussi à classer les trois foals qu’elle a présentés. Il y a trente ans, elle était journaliste pour la télévision néerlandaise, déployée en Afghanistan comme reporter de guerre. C’est après avoir survécu à un bombardement qu’elle décide de rentrer en Europe et s’installe en France. D’abord pour s’occuper de son potager, puis pour suivre sa passion pour les chevaux lusitaniens. Depuis, Christine Nevejan a fait naître au moins quarante poulains et a été présidente de l’AFL (Association Française du Lusitanien) pendant cinq ans. 

« La facilité sous la selle est très importante »

C’est chez Danielle Lahaye, une élève de Nuno Oliveira, que Christine Nevejan a acheté la jument lusitanienne Revoltosa Menezes (Duche), la grand-mère maternelle de Rumi. Elle qui voulait absolument avoir un produit de Spartacus (Xaquiro CIP), célèbre étalon lusitanien plusieurs fois champion du Portugal, a du emmener sa jument jusqu’au haras portugais de Luís et Piedade Pidwell, pour l’intégrer à leur troupeau de juments avant l’arrivée de l'étalon. À la fin de l’été 2015, toutes les juments étaient pleines et Mantra de St Jean, la mère de Rumi, est née au printemps suivant. 
À l’élevage, les jeunes chevaux sont débourrés et montés durant leur première année de travail dans la mythique forêt de Brocéliande, qui se trouve à côté de leur écurie. Christine Nevejan a pour objectif d’élever des chevaux gentils et faciles, elle explique : « Un cheval doit apporter du plaisir. La facilité sous la selle est très importante. Mes poulinières lusitaniennes ont un bon mental, elles bougent bien, en plus, elles sont belles. » Puisque l’offre génétique des reproducteurs lusitaniens est limitée, Christine Nevejan se tourne vers des étalons demi-sang, qui doivent tout de même correspondre à ses juments. « J’ai besoin des reproducteurs qui transmettent une locomotion pleine d’amplitude, confie-t-elle. En plus, ils doivent avoir un modèle plutôt carré, parce que le père et la mère doivent se ressembler pour conserver les qualités de chacun. »

Un excellent lot de mâles

Pierre Baïssus, le naisseur du meilleur mâle de trois ans sur l’épreuve en liberté, Daft Punk des Baisses (Dancier), poursuit une approche scientifique pour choisir l’étalon idéal pour ses juments, tout en favorisant des reproducteurs confirmés. Il s’est créé un logiciel statistique avec toutes les informations nécessaires et qui remonte jusqu’en 1850 ! Frédérique et Nicolas Commenge, avec lesquels il coopère, apportent leurs avis techniques concernant les croisements. Du côté des écuries Saint Val, qu’on ne présente plus, ils étaient venus cette année avec celui qui sera sacré champion de France des mâles de deux ans : Just Perfect du Parc, un fils de leur étalon Diamond de Saint Val. L’éleveur du jeune champion, Philippe Ferrand, est aussi bien connu pour ses bons produits. Les écuries Saint Val ont fait naître le vice-champion des mâles de deux ans, Jetset de Saint Val, qui descend de leur étalon Emotion de Saint Val.

Céline Faure-Curt qualifie régulièrement des chevaux de son élevage de Valdi pour les championnats France Dressage. Cette année, elle avait deux représentants chez les mâles de trois ans. Lorian de Valdi (Jovian) termine troisième du championnat avec une moyenne de 83,58% tandis que Irish Coffee de Valdi (Diamondgio Lth Dressvalue) termine troisième de l’épreuve montée. Notons également la belle moyenne de Stravinsky du Chaffat (Vito VDL), quatrième avec 81,25% sous la selle de Guillaume Recoing. Mais c’est Maxime Collard - actuellement aux championnats d’Europe Seniors avec Cupido PB (Painted Black) - qui a fait l’unanimité auprès des juges en présentant sous la selle un mâle de trois ans : Swarowski de Brevam (Secret). Ils attribuent au couple la meilleure note de tout le championnat : 91,50%.

Des juments bien préparées

Cependant, le travail de Guillaume Recoing a également été salué chez les juments. En juin dernier, Martine Garnault, qui tient le centre d’équestre La Reine Astrid dans le Calvados, avait confié la valorisation de Toutim de la Reine (Tolegro) au cavalier. Et la jument a fait honneur à son affixe en remportant les deux ateliers. Les juges ont apprécié la fine équitation du cavalier et souligné qu’il « y avait de bons moments. » Jean-Marie Clair, le compagnon de Maxime Collard, spécialisé dans le débourrage des chevaux, a de son côté été en charge de présenter la jument Neptune du Feuillard (Antango du Feuillard). Deuxième suite à l’épreuve en liberté, elle termine troisième de l’épreuve montée. Le juge Bernard Maurel résume : « Nous avons aimé le contact stable et léger de la main du cavalier. »

Guillaume Gautier s’est également spécialisé dans la préparation des jeunes chevaux pour les épreuves de liberté. Lors de ce championnat, il en a emmené cinq et a rencontré un franc succès chez les juments. D’abord, il remportait le titre de championne des deux ans avec Jedi Girl KXL (Janeiro Platinum), mais également celui de vice-championne de cette même catégorie avec Santana of Champ (Secret). Quant à Juliana Mercoeur (Furstenball), dont il est naisseur avec Marine Ferté, elle obtient 80,50 % et se classe huitième. Chez les juments de trois ans, il avait également préparé Nuit Secrète JV (Secret) qui termine à la troisième place du championnat de sa tranche d’âge.