Disparition de Gabriel Pons
jeudi 28 mai 2020

François, Gabriel et Gilles Pons
Gabriel Pons, entouré sur la photo de François et Gilles, a mis sa vie au service de l'amélioration et de la valorisation de la race Anglo-arabe © Coll.

Gabriel Pons nous a quittés la semaine dernière à l’âge de 92 ans. Ses proches ont posté le message suivant sur les réseaux sociaux : « C’est avec beaucoup de tristesse que nous vous annonçons le décès de Gabriel Pons. Doyen de l’élevage de Bordenave, éleveur passionné et amoureux de l’Anglo-Arabe. Il aura consacré sa vie à défendre cette race et les valeurs de notre élevage. »

Homme de la terre, personnage au grand cœur, cet éleveur était installé à Sames, en plein cœur du bassin de l’Adour. L’élevage familial a connu une réussite tout à fait remarquable, notamment grâce à ses trois fils cavaliers : Yves Pons, l'aîné a fait partie de la Garde Républicaine. Le regretté Joël aurait voulu être jockey. Il s’était classé 5ede Burghley à 19 ans avant d’aller aux Jeux Olympiques de Fontainebleau à 21 ans. Enfin Gilles, est aujourd’hui à la tête de l’élevage, a monté deux finales de Coupe du Monde de CCE. Il a aussi pris part aux Jeux Équestres Mondiaux de Stockholm. Les enfants de Gilles montent à cheval comme François au niveau international. 

Mémoire vivante de ce qui fut une grande région d’élevage, il nous avait confié en 2017 : « Notre jument de base s’appelait Quinette. Mon beau-père, l’avait acheté après la guerre dans une foire pour son modèle. Mais elle était sans origine. À l’époque on pouvait s’arranger avec les palefreniers des haras nationaux. Comme ça, elle a pu avoir des papiers et produire dans le stud-book anglo-arabe. C’était une jument très racée et noire comme le cirage. On l’attelait au râteau, à la voiture et à la faneuse. Elle avait beaucoup de sang, presque trop pour faire le foin, mais elle le faisait bien quand même. Mon beau-père avait vendu Paumer (Kiludi), un étalon qu’il avait fait naitre, aux Haras nationaux. Pendant la Guerre, Orthez était en zone libre. Il fallait faire passer en zone occupée le cheval pour le livrer à l’administration. Paumer a franchi la frontière attaché à une charrette de foin comme un cheval lambda, avec la personne qui essayait de le tenir, cachée au milieu du foin ! Il a peu sailli. Mais avec Quinette il avait donné Unité, qui était très costaud comme sa mère... »  Cette Unité a fondé l’une des deux souches familiales. Parmi les meilleurs produits de l’élevage Pons-Berreterot, il y a les étalons Ventoux (Nithard) en France et Clavelito (Fontenoi) en Italie. On peut aussi citer Inis More (Florestan II) ICC 153, Kitchenette (Borodino) ICC 154, La Desiree (Borodino) ICC 144, Tsunami (Dairin) ISO 149, Ensorceleuse (Le Givre) ICC 172 , Helianthe (Flipper) ICC 158, Kesbere (Nithard) CSI, Fanchette II (Dionysos II) ICC 155, To Day (Roslem II) ISO 154, Ulhamp (Le Corrézien) ISO 154, Genet D (Dionysos II), équipe de France de CCE, King de Bordenave(Dionysos II) ICC 170…