Don Juan V a tiré sa révérence
mardi 23 juillet 2019

Don Juan V
Don Juan V © M. Le Bel

Il y a des étalons qui marquent l'histoire de l'élevage, Don Juan V était sans aucun doute de ceux-là. Au lendemain de sa mort, retour sur la carrière d'un étalon marquant.

L'étalon Connemara Don Juan V s'est éteint hier au haras de Circée, dans le Calvados. C'est Caroline de Faucigny, qui s'en était portée acquéreur à la fin de sa carrière aux Haras nationaux qui a annoncé la nouvelle dans un message emprunt d'émotion : "Une légende s'est éteinte. Nous avons eu la chance de partager les dernières années de ce grand sire. Je le pensais éternel... Il nous manque déjà. RIP mon merveilleux, mon incroyable poney. Je t'aime."

Don Juan est né dans la pourpre, il était l'un des formidables représentants de la souche Passport, l'une des plus prolifiques de la race Connemara, de par sa mère Vinca II. Cette dernière a donné pléthore d'excellents poneys de sport. Parmi eux les étalons Eloi IV, Leadership et Pilatus de Vinca, les compétiteurs Bacchus, Janseniste et Kendor qui ont tous performé à l'international, les matrones Hôtesse du Blin, Madélia qui a produit le bon Touten Un du Chapelan... La liste est longue ! 

L'étalon gris s'est illustré en sport pendant jusqu'en 2005. jusqu'en Grand Prix Poney et B Chevaux. Il a été titulaire d'un IPO 135 en 2005 et d'un ISO 128 (1999). Il s'est ensuite consacré uniquement à la reproduction à partir de 2005. Sa dernière cavalière a été Camille Fuzeau Thomas, dont la maman Christine a tenu à rendre hommage au  beau  gris : "Nous avons eu la chance de l’avoir à la maison trois hivers en alternance avec le haras de Blois. Nous adorions tous ce poney, il était d’une infinie gentillesse et n'a jamais fait un geste de travers. C'était l’étalon avec que les côtés positifs : il descendait du mannequin et devenait calme. Nous l’avions même emmené en van oblique avec Holy Island Aluinn au CSIP à Corminboeuf en Suisse (...). On savait qu’il avait des jours sans sur les barres, il avait été exploité vite sur gros mais quand il voulait c’était un régal. Nous l’avons toujours défendu face aux personnes qui disaient qu’il n’avait pas de sang et de courage : c’était tout sauf un gros mou il avait de la frappe, une grande réactivité et un style parfait. C'est un poney dont on se souviendra toujours, il est de ceux qui nous ont marqué par son charisme en plus de tout le reste. C'était un vrai chef de race qui a bien produit avec toutes sortes de juments. "

En effet, Don Juan a connu un grand succès en tant que reproducteur. En France, il possède 875 produits enregistrés dont plus de 130 sont indicés au dessus de 120 et 27 au delà de 140. Trois d'entre eux ont même participé aux championnats d'Europe : Sligo de Mormal qui a été sacré champion d'Europe par équipe en 2014 et qui fut 6e en individuel sous la selle de Thomas Scalabre, Kalifa de la Barre sacré champion de France en As Elite Excellence avec Tressy Muhr en 2010 et Juke Boxe du Buhot associé à Camille Conde Ferreira. D'autres à l'image de Ramses de l’Etape, Olywood des Aunets, Quarnaud de Beausejour et Jackson St Hyper ont été de bons performers en Grand Prix. Depuis 2015, Don Juan paradait en tête du classement des meilleurs étalons poneys sur descendance en CSO. Gageons que ses fils et fille fassent perdurer son nom encore longtemps.