Élevage d'Argonne, sang et polyvalence
jeudi 21 avril 2022

Sylvie et Pascal Trassart entourant Morgane Euriat, cavalière de Baccarat d'Argonne
Sylvie et Pascal Trassart entourant Morgane Euriat, cavalière de Baccarat d'Argonne © Coll.

Niché au cœur de la Meuse, le village de Varennes-en-Argonne (55), théâtre en 1791 de l’arrestation du roi Louis XVI et de Marie-Antoinette lors de leur fuite du palais des Tuileries, abrite également les soixante-dix hectares de l’élevage créé par Sylvie et Pascal Trassart dans les années 1980, modèle de polyvalence par sa production de chevaux de saut d’obstacles et de concours complet. Retour sur quarante ans de passion dans le numéro 414 de L'Eperon Hebdo.

En 1980, Pascal, dix-huit ans, vit à Varennes-en-Argonne où son père Robert élève une centaine de brebis sur quelques hectares. En attendant d’intégrer le régiment de cavalerie de la Garde Républicaine où il passera plus de vingt-deux ans, il travaille chez Jean-Claude Obellianne, entraîneur mosellan de chevaux de courses, qui lui fait cadeau d’une jument Pur-sang qualiteuse mais intransportable, Queen Sound (King Sound, PS), quatre ans, qu’il décide alors de mettre à la saillie. Confiée à Nidor Platière (Nankin), la jument donne naissance à plusieurs performers en saut d’obstacles jusqu’en CSI3* et 4*, dont Unidor d’Argonne, ISO 145/96, exporté en Espagne, et à ses propres frères et sœurs Cookai, Antigone et Espoir. La souche de saut d’obstacles d’Argonne est née. « Nous avons fait ce que l’on appelait à l’époque du croisement à l’envers, à savoir mettre un étalon Selle Français sur une jument de Pur-sang, alors que l’habitude était d’alléger les juments normandes avec un Pur-sang », explique Pascal, retenu à Paris, qui confie son élevage naissant à son père. De retour à des unions plus traditionnelles, Pascal confie Queen Sound à Boniface (Spoutnik, PS), un croisement dont naît en 1985 Talara d’Argonne, base de sa meilleure lignée de concours complet et dont les performances éveillent l’intérêt des cavaliers. Et pour cause ! Dundee d’Argonne (Nidor Platière), vendu au Centre sportif d’équitation militaire (CSEM) a couru le mondial du Lion d’Angers avec Didier Willefert, tout comme son frère utérin Idaho d’Argonne (Bamby des Forêts, ICC 139/2004), classé avec Laurent Bousquet en CCI4 et 5*, avant d’être vendu au Brésilien Ruy Fonseca, médaillé d’argent aux Jeux Panaméricains, qui courut Badminton, et sa sœur utérine Manon d’Argonne, ICC 142/2000 (Emir Platière), troisième lors de la finale des six ans et au Mondial. À Varennes, les souches maternelles se suivent et se ressemblent, puisque la fille de Talara, Nilda d’Argonne (Emir Platière) croisée avec Kigali, KWPN, engendrait en 2016 Glenn d’Argonne, approuvé à quatre ans, labellisé "Espoir" pour le complet, qui cumule le sang, la locomotion et la force. Autant de critères privilégiés à Argonne.

Un tournant décisif

Progressivement, à Varennes, les chevaux remplacent les moutons grâce aux bons soins de Robert. Dès les années 1990, Pascal songe à sa reconversion. En 2002, retour au bercail où il décide de regrouper Argonne et l’élevage vosgien de son épouse Sylvie, sous l’affixe Raon, dont Faust, ISO 136/00 fils d’Hidalgo de Riou, performer en Coupe du monde. Désireux de diversifier ses souches maternelles, il se met en quête de courants de sang particuliers, dont Laudanum et Galoubet.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 414 de L'Eperon Hebdo (paru le 20 avril 2022), disponible sur notre boutique en ligne.