Les choix de deux élevages champions en 2020 : le Haras de l’Etre et l’élevage de la Lie
jeudi 06 mai 2021

Antoine Ermann et Elios de la Lie
Antoine Ermann avec le champion de l'élevage familial, Elios de la Lie © Jean Louis Perrier

Parmi les vainqueurs de la Grande Semaine de Fontainebleau 2020, le Haras de l’Etre, naisseur de la championne des 3 ans Hypnose de l’Etre, SF (Contendro, Holst), et l’élevage de la Lie, à l’origine du Champion des 6 ans 2021, Elios de la Lie, SF (Air Jordan, Old), ont mis en avant le savoir-faire d’authentiques hommes de chevaux. Alain Thébault et Jean-Yves Ermann nous confient leurs plans de monte 2021.

Haras de l’Etre : des trotteurs aux chevaux de sport

Alain Thébault et son épouse Tiphaine ont un CV bien rempli dans l’élevage du cheval de sport. Le couple s’est connu en travaillant au Haras d’Elle où Alain, formé au Haras des Cruchettes, était responsable des transferts d’embryons, et Tiphaine groom et cavalière de Bertrand Pignolet. Ils ont ensuite travaillé au Haras du Reverdy et à l’élevage de Vains, avant de rejoindre le monde de l’élevage trotteur au haras du Bois Josselyn où est née notamment la grande gagnante du Prix d’Amérique, Belina Josselyn. Installés à leur compte depuis six ans au Haras de l’Etre à St Pierre du Regard (61) au cœur de la Suisse Normande, ils se sont spécialisés dans la préparation des yearlings trotteurs pour les ventes de Deauville. Une quarantaine de poulinages ont lieu chaque année au haras, essentiellement des trotteuses mais aussi de plus en plus de pur-sang, et quelques juments de sport dont leur poulinière Selle Français, Promise du Reverdy, SF (Robin II Z, Han et Tulipe de la Lande, SF par Grand Veneur, SF).

Promise a donc produit Hypnose de l’Etre qui après ses titres de championne des 2 et 3 ans commence bien sa carrière en cycle classique : double sans faute à Saint-Lô avec Nicolas Lebourgeois. Déjà mise à l’élevage en 2020 par transfert d’embryon, elle devrait avoir cette année un produit de Dollar du Rouet, SF (Chacco Blue, Meckl) et va ainsi continuer sa carrière. "L’an dernier j’avais choisi Dollar du Rouet pour apporter de la force, de l’amplitude sur une jument qui a déjà tout le chic. Avec son titre de championne de France, nous avons gagné une saillie de Mylord Carthago, c’est un cheval qui a tout ce qu’on aime : le modèle, les allures, le tempérament…  Nous allons faire aussi un transfert avec Fahrenheit de Vains, SF (Windows vh Costerveld alias Cornet Obolensky, Bwp). C’est une souche que nous connaissons très bien. Fahrenheit a un peu un look de gros poney, avec un bon œil, très souple, bien articulé. Promise du Reverdy est pleine cette année de Ginko du Rouet, SF (Vagabond de la Pomme, sBs), que j’avais choisi avant de savoir qu’il allait être vice-champion de France des 4 ans ! Je m’intéresse beaucoup à la jeune génétique et Ginko a une souche exceptionnelle (NDLA : sa 3e mère Mésange du Rouet, SF par Starter est la mère de Baloubet du Rouet, SF). Il a un modèle compact, pas très grand mais Promise a déjà tendance à produire grand. Avec Vleut, KWPN (Quick Star, SF) elle m’a donné Intérêt de l’Etre qui toise déjà 1,72m à 3 ans ! Je pense la mettre à Balou Star, Old (Balou du Rouet, Old) qui n’est pas très grand et a beaucoup de chic. Il faut produire des chevaux en pensant qu’ils vont dans leur majorité être monté par des jeunes filles !".

Alain Thébault observe cette volonté à produire chic côté courses : "On a chez les trotteurs la même tendance avec des chevaux moins grands, très dans le sang, avec de plus jolies têtes. Les alezans sont de moins en moins prisés, et surtout on ne veut plus de chevaux aux sabots blancs ! C’est pour ça que c’est important de voir les reproducteurs, le ressenti visuel est essentiel. Dans le monde du sport, on achète maintenant des paillettes, on ne voit pas grand chose dans une paillette ! Mais la grande différence entre les courses et le sport est qu’en hippisme nous intégrons plus vite les performances puisque les chevaux courent dès 2 ans. On a aussi une information beaucoup plus complète sur les performances en pouvant comparer sur chaque course la concurrence. En saut d’obstacles c’est beaucoup plus long et compliqué d’avoir toutes les informations."

Le meilleur de la Lie

Enseignant et cavalier de compétition, Jean-Yves Ermann s’est établi il y a 30 ans à Chevagny les Chevrières près de Mâcon (71). Son fils Antoine, champion de France Junior 2019, poursuit sa route en équipe Jeunes Cavaliers avec les chevaux acquis dans des élevages normands et maintenant ceux nés à la maison. Dans cette région où ont vu le jour de nombreux performeurs de saut d’obstacles, concours complet et courses, le centre équestre s’est vite doublé d’un élevage de chevaux de sport. Fontainebleau 2020 a donné à l’élevage de la Lie une formidable consécration avec la victoire d’Elios de la Lie, SF (Air Jordan, Old) dans le championnat des 6 ans tandis qu’un autre produit de sa mère Sanga du Findez, SF (Mr Blue, KWPN), Funny de la Lie, SF (Jarnac, SF) était "Excellent" dans le championnat des 5 ans, tous deux montés par Antoine Ermann.

Cette année cinq juments entrent dans le plan de monte, établi en concertation entre père et fils. Jean-Yves Ermann reste très attaché à l’importance des mères "Bien sûr dans un croisement il y a tous les critères logiques sur le gabarit, mais pour moi ce qui fait souvent la différence, c’est le caractère, l’envie d’aller sur les barres. Je pense que c’est la mère qui transmet cette qualité, c’est pour ça que je cherche des juments qui ont un tempérament facile. J’ai acheté Sanga du Findez par amitié, sans la voir. Elle se révèle donnant des produits au caractère exceptionnel. J’ai donc décidé de travailler sur cette souche. C’est Antoine qui choisit les étalons. Il a eu l’occasion de monter Vannan, SF (Diamant de Sémilly, SF), le cheval de Jeanne Sadran qui est en équipe de France Jeunes avec lui. Il l’avait beaucoup aimé et le cheval a prouvé ses qualités. Nous allons le mettre en faisant des transferts d’embryon sur deux jeunes juments, Hilary du GM, une Candy de Nantuel que j’ai achetée pouliche, et I Am de la Lie, une fille de Untouchable 27, KWPN, et Sanga du Findez. Nous avons vendu Funny de la Lie sur ses performances à Fontainebleau, mais c’était avec la condition de pouvoir faire un transfert et nous avons choisi l’étalon très en vogue en Belgique Pégase van’t Ruytershof, BWP (Comme Il Faut, Westf). Cette année Sanga du Findez est saillie par Dexter de Kerglenn, SF (Mylord Carthago, SF). J’ai aussi une jument qui vient de l’élevage de la famille Lundin, Romantica La Tuilière, SF (Mr Blue, KWPN) qui a très bien tourné (ISO 141 en 2014), mais qui est très difficile à remplir. Je me suis dit qu’avec elle ça valait le coup de faire de l’ICSI et j’ai un embryon de Comme Il Faut, Westf (Windows VH Costerveld alias Cornet Obolensky, Bwp) que je vais peut-être faire implanter cette année. Je vais tenter de la remettre en insémination en frais au Haras Numénor avec Malito de Reve, SF (Cumano, Holst)."

En résumé – Les choix d’Alain Thébault et Jean-Yves Ermann

Balou Star,Old (Balou du Rouet, Old)

Mylord Carthago, SF (Carthago, Holst)

Fahrenheit de Vains,SF (Windows VH Costersveld, Bwp)

ViamontaliasVannan,SF (Diamant de Sémilly, SF)

Dexter de Kerglenn,SF (Mylord Carthago, SF)

Pegase van’t Ruytershof,Bwp (Comme Il Faut, Westf)

Malito de Rêve,SF (Cumano, Holst)