Patricia Cerina, une double casquette : les New Forest et l’équarrissage
mardi 19 janvier 2021

Patricia Cerina
Patricia Cerina

Patricia Cerina, 51 ans, qui possède un petit élevage à Sorges (49) est la présidente de l'association Française du poney New Forest depuis mars 2018, et, vice-présidente de l’ATM Angee qui s’intéresse à la fin de vie des équidés et en particulier à la problématique de l’équarrissage. Présente à la première intervention de Serge Lecomte au début de sa campagne électorale, elle a déclaré ; « Je suis choquée qu'on ne puisse à aucun moment parler du cheval, acteur principal de la filière et de l’économie de la FFE… A mes yeux, La FFE doit représenter l'ensemble des acteurs et non une partie»

L'Eperon : Combien y a-t-il d’élevages de New Forest en France ?

Patricia Cerina : L’AFPNF a 86 adhérents dont 60 sont des éleveurs. Les éleveurs possèdent  de une à cinq poulinières en moyenne.  En 2 020, il y a eu 55 naissances. On dénombre 1340 poneys New Forest âgés de moins de 10 ans. Nous avons 36 étalons actifs sur le territoire, dont la majorité sont vieillissants. A titre personnel, je possède deux étalons dont un étalon New Forest  « Rockenrol Gevaudan ».

Quelles sont les difficultés des éleveurs ?

La majorité des éleveurs sont des amateurs pour lesquels élever est un loisir. Ils espèrent au mieux couvrir leurs coûts de production. Par contre, pour les éleveurs professionnels, c'est différent, et la rentabilité économique est difficilement au rendez-vous. Notre association fait des démarches pour faire intégrer la race New Forest en race protégé, afin d'obtenir les aides de la PAC (politique agricole commune)

Pourquoi faire reconnaître le new Forest comme « race protégée » ?

Il faut savoir que les éleveurs Equin qui bénéficient de la PAC n'ont pas d'aides couplées pour soutenir la production (contrairement aux éleveurs de ruminants). Mais,  certaines races, toutes françaises, bénéficient de Primes aux Races Menacées, à condition d’avoir moins de 1000 naissances par an, ce qui est le cas pour la race New Forest. 

Quelles sont les aides qui pourraient être envisagées ?              

Tous les élevages de rentes (Bovins, ovins…) sont aidés par des plans de soutien à la production, à la commercialisation, à la communication et à l'investissement. Pour l'élevage Equin, nous manquons cruellement d'élus professionnels dans les instances agricoles, or, c'est là qu'il faut être pour porter la parole des éleveurs auprès des financeurs publics. C’est la raison pour laquelle nous incitons les professionnels à se présenter aux élections des chambres d’agriculture. Par ailleurs, il faut faire évoluer  les mentalités et faire comprendre qu'élever est un métier et que ça ne s'improvise pas. Bien élever a un coût. Les prix de vente doivent assurer une plus-value à l'éleveur qui prend tous les risques en amenant son poulain le plus loin possible. Les clients, y compris les structures équestres doivent payer le juste prix qui garantira un revenu à l'éleveur.

Vous êtes également vice-présidente de l’ A.T. M. De quoi s’agit-il ?

L’ATM est un organisme de Gestion de l’équarrissage ATM  signifie : Animaux Trouvés Morts. J’en suis la vice-présidente et, je m’occupe principalement de la gestion de la communication du bureau. L’ATM est une association loi 1901 créée en 2009 qui regroupe une trentaine d’organismes de la filière équine représentant les éleveurs, les détenteurs et les utilisateurs. Son but est de contribuer, dans l’intérêt de l’ensemble de ses membres, au financement de l’équarrissage des équidés déclarés décédés et à son organisation efficace (collecte, transformation et élimination).
En lien avec les autres filières animales, elle négocie les tarifs de l’enlèvement et de la destruction des carcasses avec les sociétés d’équarrissage. 

Que faut-il faire en cas de décès d’un équidé ?

Lorsqu’un équidé décède, le propriétaire ou le cas échéant le détenteur, doit déclarer la mort de l’équidé auprès de l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation (https://www.ifce.fr/ifce/sire-demarches/fin-de-vie/mort/ ). Lorsque la solution de l’équarrissage est choisie, il est possible de régler directement en ligne les frais d’équarrissage via l’ATM équidés ANGEE. Il faut ensuite solliciter la société d'équarrissage territorialement compétente pour convenir d’un jour et d’un horaire de passage pour l’enlèvement. Les délais d’actions sont encadrés par le code rural qui impose au détenteur de déclarer la mort d’un équidé dans les 48h qui suivent sa découverte, et, impose aux équarisseurs un délai de 2 jours francs pour procéder à l’enlèvement à compter de la déclaration de mortalité.
Quel est le coût de l’équarrissage ?

Le coût de l’équarrissage varie selon deux facteurs : Le département et la commune où se situe le lieu de détention, et, le type d’équidé à équarrir (poulain, cheval selle, cheval de trait, âne). En passant par l’ATM équidés ANGEE, le coût est moins élevé qu'en passant directement par la société d’équarrissage. Par exemple, pour un poney, il faudra compter entre 80 et 300 euros pour son enlèvement