Plans de monte : un petit tour en Ile-de-France
mercredi 07 avril 2021

Laalaa du Voyeux (Le tot de semilly) et Elaalaa la Marsa (Qlassic Bois Margot)
Laalaa du Voyeux (Le tot de semilly) et Elaalaa la Marsa (Qlassic Bois Margot) © Béatrice Fletcher

Poursuivons notre tour de France des éleveurs avec cette fois-ci un arrêt en Île-de-France. Contrairement aux idées reçues, la région regorge d’élevages et non des moindres. Aujourd’hui, intéressons-nous au Haras de la Fontaine, à l’Elevage La Marsa et au Haras de Floreval.

Haras de la Fontaine : un œil sur la fertilité

Fondé par Serge Selva en 1985, le Haras de la Fontaine (Vaugrigneuse, Essonne) a réduit son effectif de dix à trois poulinières. La souche fondatrice d’Etoile V, SF (Vita, SF) a produit des chevaux « très concours, dont certains en 5* » selon l’éleveur. Sa fille Bienvenue Fontaine, SF (Elf III, SF) a donné Bonne Etoile Fontaine, SF (Mylord Carthago, SF), sur le point de mettre au monde un poulain d’Apache d’Adriers, SF (Double Espoir, SF). « J’ai repris du vieux » sourit Serge Selva, « cette jument est qualiteuse mais pas facile. Elle est née prématurée de deux mois et se comporte comme une enfant gâtée. Apache est incontestable comme performer, et tous les produits que j’en ai eus sont très gentils. Après la chaleur de lait, je la mettrai à Malito de Rêve, SF (Cumano, Holst x Muguet du Manoir, SF), père d’Estoy Aqui de Muze, Bwp. Je compte sur le modèle, l’amplitude et le super tempérament qu’il a donnés à ma quatre ans Holywood Fontaine, SF, qui est exceptionnelle. » Pour la propre sœur de Bonne Etoile, Arche de la Fontaine, SF, vide cette année, l’éleveur l’adressera à Armitages Boy, Old (Armitage, Old) pour son tempérament. « Elle est très différente de sa sœur, plus grande, et ses poulains manquent un peu de sang. » Delly de la Fontaine, SF (Dollar dela Pierre, SF x Darco, Bwp) est quant à elle pleine de Nervoso, SF (Le Tôt de Semilly, SF). « Elle manque un peu de masse, je la remettrai à Diamant de Semilly, SF, pour obtenir un croisement proche de son demi-frère Frisky de la Fontaine, SF, six ans, qui devrait tourner au moins sur 150. » Serge Selva le confirme, il choisit pour ses juments qu’il connaît par cœur des étalons dont il reconnaît la lignée, les performances, ainsi que la qualité des paillettes sur lesquelles il porte un regard expert d’inséminateur. « Malheureusement on ne découvre le taux de mobilité des spermatozoïdes qu’au moment de placer la semence sous le microscope. A l’époque des Haras nationaux, les paillettes n’étaient conservées que si ce taux était supérieur à 35%. Ce n’est plus le cas. On finit par connaître la fertilité des étalons. Certains se congèlent moins bien que d’autres. Il suffit de comparer le nombre de saillies et de naissances » conclut Serge Selva qui juge le Selle Français excellent, surtout croisé avec des lignées étrangères. 

Elevage La Marsa : pères confirmés pour juments exceptionnelles

En 1980, Michel Uzan obtient de sa délicate mais attachante Tramontane, SF (Licteur, AA) son premier poulain, Obélix Le Bon, SF (Grand d’Escla, SF, ISO 167/1990), qu’il monte jusqu’en Coupe des Nations, puis fait le pari de fonder sa propre lignée avec sa propre sœur Raffale, SF qui donne naissance, suite à un croisement avec Le Tôt de Semilly, SF (Grand Veneur, SF) choisi pour sa force, à Laa Laa du Voyeux, SF, finaliste à six ans. L’éleveur recherche pour sa jument les pères qui lui donneront l’harmonie et les points de force qui lui manquent. En 2010 il opte pour Quaprice Boismargot alias Quincy, Holst (Quidam de Revel, SF) qui lui donne Alaalaa La Marsa, SF (ISO 131), désormais dédiée à l’élevage en raison de grosses difficultés de transport. En 2012, puis 2013, il jette son dévolu sur Kannan, KWPN (Voltaire, Han), et obtient successivement Chaachaa et Daadaa La Marsa, SF.  En 2014 Michel se tourne vers Qlassic Bois Margot, SF (L’Arc de Triomphe, Old), archétype du père idéal pour son coup de dos, ses allures, son génie et sa force, et accueille Elaalaa La Marsa, finaliste à 4, 5 et 6 ans, prêt pour les 7 ans. Sa propre sœur, Gaala La Marsa, « l’élève modèle, gentille, avec un équilibre formidable » sourit Michel, remportait la finale des quatre ans en 2020. L’année dernière, il a choisi Cardento, Holst (Capitol I, Holst) pour Alaalaa La Marsa et Darling La Marsa, SF (Kannan, KWPN), fille de Perla du Voyeux, SF (Quito de Baussy, SF), dont la grand-mère n’est autre que Raffale, jument fondatrice de l’élevage. « Cardento est très concours, respectueux, il produit très bien, et produit des chevaux guerriers, un atout essentiel. Cette année, je mettrai Alaalaa à By Ceira d’Ick, SF(Stakkato, Han). J’adorais sa mère Fein Cera, Holst (Landadel, Holst), à la fois légère et pleine de force. Darling, qui vient de donner naissance à Lady La Marsa, ira à Diamant de Semilly. Le croisement avec son père Le Tôt nous a très bien réussi », précise Michel Uzan, qui confie passer un temps fou à faire des recherches. « Les mères doivent présenter des qualités sportives un peu exceptionnelles. Pour les étalons, je mise sur des performeurs confirmés avec du modèle, ou sur les jeunes pères qui sortent de l’ordinaire avec une génétique solide. » Une stratégie qui semble porter ses fruits…  

Haras de Floreval 

Au Haras de Floreval (Bruyères le Chatel, 91), Evelyne Pater accueillait son premier poulain en 1994. Désormais, c’est sa fille Florence, 43 ans, qui décide des croisements pour les cinq poulinières maison. Seule Pilaspa, Old (Eurocommerce Berlin, holst) s’apprête à donner le jour à un produit de Hardrock Z (Heartbreaker, KWPN x Carthago, Holst), performeur aux JO de Rio avec le Vénézuélien Emmanuel Andrade. « Il devrait donner à Pilaspa la force et le côté guerrier qui lui manquent. » Si le plan de monte 2021 est complexifié par la suspension de l’insémination au Haras des Bréviaires, Florence envisage de confier à nouveau Pilaspa au même étalon basé en Hollande. « Il a très peu sailli, mais ses origines sont très intéressantes. Ses qualités sportives sont confirmées, et il sort de l’ordinaire. J’aime beaucoup Heartbreaker, et j’ai pour Carthago une affinité particulière. Il est le père de mon meilleur cheval Action Man Z (Action Breaker, Bwp x Carthago, Holst). Je préfère les chevaux qui saillissent peu. Je choisis des performeurs avec de la force et un bon tempérament qui ne soient pas trop galvaudés. Les étalons à la mode finissent par donner un pedigree banal. Quand un étalon saillit 1500 juments, il est impossible de savoir s’il produit bien, et les distributeurs deviennent avares sur le nombre de paillettes. » Tip Top de Castel, SF (Air Jordan, Old x Galoubet A, SF) dont Florence a monté en concours les deux propres sœurs Qualaya d’Orion, SF (Calvaro, Holst) et la regrettée Rabanne d’Orion, SF, a été mise à la reproduction à 3 ans. « Elle a déjà produit French Cool Floreval, SF (Balou du Rouet, Old), très prometteur, mais j’hésite entre Hardrock Z, Eden du Rouet, SF (Chacco-Blue, Meckl x Baloubet du Rouet, SF) et Dollar du Rouet, SF (Chacco-Blue, Meckl x Quincy, Holst), qui me plaisent également. La sœur de notre étalon Suspens Floreval, SF (Clinton, Holst x Damiro B, KWPN), Shiny Gold Floreval Z (Solid Gold Z) fera quant à elle des transferts d’embryon. » Florence, qui reconnaît aux chevaux étrangers davantage de chic qu’aux purs produits français, opte le plus souvent pour des croisements entre les différents stud-books européens. 

En résumé – Les choix des éleveurs franciliens

Malito de Rêve, SF (Cumano, Holst)

Armitages Boy, Old (Armitage, Old)

Diamant de Semilly, SF (Le Tot de Semilly, SF)

By Ceira d’Ick, SF(Stakkato, Han)

Hardrock Z (Heartbreaker, KWPN)

Eden du Rouet, SF (Chacco-Blue, Meckl)

Dollar du Rouet, SF (Chacco-Blue, Meckl)