Une présentation de haute tenue
mardi 22 février 2011

Diamant de Semilly et la famille Levallois
Diamant de Semilly et la famille Levallois © Ph. Paul Dubos

Présenter au cœur de la Normandie, quelques 135 étalons de sport, français et étrangers, dont nombre des meilleurs performers mondiaux, c’est le challenge réussi ce week’end à St Lô par l’équipe du pôle hippique-Haras National.

Beaucoup de monde, une activité commerciale satisfaisante, mais aussi un vrai spectacle, illustré par les brillantes prestations de ces superbes géniteurs et la visite surprise sur la piste de Diamant de semilly et d’Eric Levallois. Les deux reviennent de loin et même si le cavalier était à pied, ce fut un moment à la fois fort et émouvant, qui a rappelé que le tempérament et la volonté sont de vrais moteurs de la vie. L’homme remarche quasi normalement et le cheval était rutilant et tonique avec seulement la trace abdominale de ses opérations.

Choix difficile

Toujours difficile de ressortir des noms d’étalons dans ce vaste ensemble tiré à 4 épingles, les goûts et les couleurs sont affaire personnelle et les acheteurs de saillies n’ont pas tous les mêmes motivations. Ceux qui privilégient le look, le chic, ont flashé sur Champs Elysées, Quite easy, Epsom gesmeray ou Conrad. Ceux qui recherchent le cadre, la force à l’obstacle ont surtout remarqué Ensor VDH Pléville, Casquino, Rubis de Preully, Action breaker ou Conrad. Enfin les dresseurs se sont focalisés sur les allures de Cockpit, Joeris, ou Olivi. Sans parler de Persian Ruler, le pur sang ou Daswan, Fusain du défey, Icare d’olympe les anglo-arabes susceptibles d’amener du sang pour qui s’oriente vers le concours complet. C’est en effet un peu la nouvelle donne, face à la crise commerciale actuelle, les éleveurs tentent une certaine diversification vers d’autres disciplines que le CSO. C’est aussi probablement cela qui expliquait l’optimisme raisonné des organisateurs et des étalonniers, à l’issue de ce salon. « Nous avons pas mal travaillé » avouait Arnaud Evain pour le GFE .Au haras de Hus on annonçait « plus de réservation que l’an dernier », Frédéric Neyrat était assez satisfait même si « on est en dessous de l’année dernière qui avait été très bonne, cela est lié au nouveautés, aux têtes d’affiche que l’on propose ».Du coté de France haras (ex Haras nationaux) on annonçait par contre « un très sensible recul des réservations ».

 L’unanimité était toutefois de mise tant du coté des visiteurs et éleveurs que des étalonniers sur la qualité de l’organisation; l’accueil, la disposition des lieux, le respect des horaires et l’ordre de passage des chevaux, seule la sonorisation reste désespérément médiocre mais c’est une déjà vieille histoire….