Au Mondial du Lion, le cross assure le spectacle
samedi 17 octobre 2020

Nicolas Touzaint et Diabolo Menthe
Après un cross rondement mené, Nicolas Touzaint et Diabolo Menthe se maintiennent à la deuxième place des 7 ans. © Solène Bailly

Que ce soit avec ou sans public, le Lion reste compliqué et comme les autres années le cross a fait son travail. Celui des 6 ans a logiquement causé moins de problème que celui des 7 ans. Nicolas Touzaint, Gireg Le Coz, ou Karim Laghouag admettaient qu’ils avaient été surpris de la difficulté du parcours par rapport à la reconnaissance. Mais au classement, les meilleurs restent en tête.

Cette édition sans public laissait un sentiment différent selon les cavaliers. Certains comme Donatien Schauly, Nicolas Touzaint, ou Ingrid Klimke préféraient sans : « Cascamara est très émotive, expliquait l’Allemande, et je l’ai sentie sur l’œil jusqu’au premier gué (n°6). Mais les dénivelés tout au long du parcours, et les difficultés telles que le cottage sont excellentes pour son apprentissage. Ce sera bon pour l’an prochain. » A contrario, le Britannique Oliver Townend pensait à l’avenir de Cooley Rosalent et « aurait aimé avoir du public pour habituer le cheval au bruit et aux mouvements des spectateurs. Ce qu’il aura dans les grandes épreuves, alors autant l’habituer tout de suite. » Idem Karim Laghouag reconnaît que le public le porte et lui « donne cette adrénaline » qui lui est nécessaire : « je n’ai pas pu m’empêcher de pousser un cri au cottage (n°17 en 6 ans) et j’ai entendu quelques encouragements et applaudissements. Mais la foule me manque. » Tous, Français et étrangers, étaient néanmoins unanimes pour louer et remercier les organisateurs d’avoir pu courir ce championnat du Monde, même dans ces conditions particulières.

Côté sportif, si en 6 ans, seuls 4 couples ont été éliminés sur 37 partants (la Néo-Zélandaise, 2e au dressage ayant déclaré forfait), ils sont en revanche 14 à n’avoir pas terminé le tour sur les 42 au départ des 7 ans. Et le plus gros contingent d’éliminés revient à l’Irlande avec 5 abandons sur 9 couples au départ. 

Dans les deux classes d’âge, les deux premiers gardent leurs points de dressage : Tom McEwen/MHS Brown Jack (1er) et Ingrid Klimke/Cascamara (2e) pour les 6 ans ; Sophie Leube/Sweetwaters Ziethent (1er) et Nicolas Touzaint/Diabolo Menthe (2e), à 1,5 pt de l’Allemande. 

Au final, la France compte 5 cavaliers dans les 10 premiers en 7 ans et un seul dans les 6 ans. 

Demain, le saut d’obstacles sur la nouvelle carrière en sable « plus sûre et moins fatigante pour les chevaux » selon Ingrid Klimke.