Mondial du Lion : Changement de leader chez les sept ans, Nicolas Touzaint troisième au provisoire chez les six ans
vendredi 22 octobre 2021

Nicolas Touzaint et Fibonacci de Lessac*HDC, troisièmes de l'épreuve des 6 ans après le dressage
Nicolas Touzaint et Fibonacci de Lessac*HDC, troisièmes de l'épreuve des 6 ans après le dressage © PSV Photo

La deuxième moitié des participants à l'édition 2021 du Mondial du Lion avait rendez-vous ce vendredi sur le rectangle de dressage pour présenter leur reprise. Chez les six ans, Nicolas Touzaint se fraie un chemin jusqu'au podium tandis qu'on assiste à un changement de leader chez les sept ans.

Si comme hier, l’épreuve des six ans est toujours dominée par Anna Lena Schaaf et Lagona 4 (Lavagon), suivie de près par Thomas Carlile et Fair Lady des Broucks (Upsilon), le local Nicolas Touzaint est venu se faire une place sur le podium provisoire grâce à une très belle reprise du prometteur Fibonacci de Lessac*HDC. Très régulier tout au long de la saison, avec notamment cinq victoires (sur sept participations !) sur le circuit Cycles classiques 6 ans SHF, le hongre par Carinjo*HDC confirme tout le bien que son entourage pense de lui. « C’est un super cheval, mais il est encore très vert, il a très peu d’expérience (le bai n’a commencé le concours complet qu’en février dernier, ndlr), affirmait son cavalier à la sortie du rectangle. Tout va être tout nouveau pour lui tout le week-end, donc chaque test est vraiment important. Le dressage était super, je commence vraiment à exploiter ses qualités de modèle et allures, lui qui est vraiment hors normes à ce niveau-là. On voit vraiment que le potentiel du cheval est là, ce qui est encourageant. »

On attendait évidemment la championne olympique en titre, Julia Krajewski, avec son deuxième cheval. Troisième la veille avec Chintonic 3 (Contendro), l’Allemande avait la possibilité de prendre les commandes de l’épreuve grâce à Great Twist d’Ive Z (Gemini CL XX), un hongre gris à l’attitude et la locomotion très plaisantes. Malheureusement, la reprise déroulée par Julia n’a rien eu de celle espérée puisque son cheval a, à plusieurs reprises, regardé fortement la corde placée en A pour fermer le rectangle de dressage. Ce n’était d’ailleurs pas la première fois depuis le début du concours qu’un cheval montrait des signes d’inquiétude à cet endroit de la carrière, mais les réactions vives de Great Twist ont forcément tiré sa moyenne à la baisse. Le couple allemand sort de piste avec un total de 35.8 points de pénalités (64.24%), et une trentième place provisoire.

Rebondissements chez les sept ans

Hier, après la première journée de dressage, les Britanniques dominaient largement l’épreuve des sept ans, et on aurait pu s’attendre à ce qu’ils écrasent un peu plus la concurrence puisqu’on attendait notamment les champions olympiques par équipe Tom McEwen et Oliver Townend, ce dernier étant également numéro un mondial de sa discipline. Mais ces deux cavaliers ont eu aussi connus quelques mésaventures durant leurs reprises respectives. Pour Oliver Townend et Cooley Rosalent (Valent), c’est une erreur de tracé du cavalier, qui est parti sur son doublé final avant de faire le cercle en extension d’encolure, qui empêche le couple de prendre la tête de l’épreuve. Malgré cette déconvenue, ils se placent tout de même ce soir au cinquième rang, à égalité parfaite avec leurs compatriotes Sarah Bullimoire et Evita AP (Con Air). De leur côté, alors qu’ils déroulaient une prestation qui les auraient probablement mis sur le podium provisoire, Tom McEwen et MHS Brown Jack (Obos Quality 004) ont commis une première faute lors du premier changement de pied de ferme à ferme, où le hongre a pris à deux reprises le galop sur le mauvais pied, avant de fauter dans l’appuyer à gauche, qu’ils étaient censés faire au trot et où ils sont tombés dans le galop. Ils ont d’ailleurs été nombreux dans cette épreuve à faire cette faute dans l’appuyer. « C’est normal, souligne Astier Nicolas, trente-cinquième avec Cooley Nutcracker (Tolant R) après une reprise à 35.9 points. On rassemble beaucoup les chevaux et ceux qui n’ont pas un rassemblé naturel perdent de la tension en se rassemblant. Ils se mettent à flotter dans le trot, et à la demande de l’appuyer, ils galopent. Quand on ajoute l’ambiance électrique, c’est plus facile d’exacerber les défauts des chevaux. » 

Finalement, chez les Bleus, comme dans les six ans, la meilleure performance est à mettre au compte de Thomas Carlile et son Etoile de Béliard (Upsilon), née chez Gérard Brescon. Huitième ce soir, avec une reprise notée à 70.72%, soit 29.3 points, le cavalier s’est dit satisfait de sa reprise, et ne tarit pas d’éloges sur la bonne volonté de sa grise. « Etoile est hyper gentille, elle est brave, elle aime bien avoir un peu d’ambiance, ça lui donne un peu de rebond. Là, il faut dire qu’elle était un petit peu impressionnée, ça me l’a mise un peu dans le gaz mais elle est pétillante comme ça, soulignait-il après sa reprise. C’est une jument assez grande, qui trouve le rectangle très petit et qui est de plus en plus à l’aise dedans. » S’il reconnait que ses aptitudes naturelles sont peut-être « moins évidentes que d’autres chevaux, elle a l’envie de bien faire et elle est très appliquée. » L’objectif pour lui était surtout de ne pas prendre trop de retard sur la tête de l’épreuve. Mission accomplie pour le Français, qui ne compte que 2.4 points de retard sur le leader de l’épreuve. Contrairement à hier, celui-ci n’est pas Britannique mais Australien. En effet, Kevin McNab est parvenu à prendre la tête de l’épreuve à Laura Collett, en tête hier, grâce à une reprise en 26.9 points sur la bien nommée Cute Girl (Coventry). 

Rendez-vous dès demain pour la suite de la compétition, à partir de 10 heures pour le cross des six ans, et de 13 heures pour celui des sept ans. 

Pour consulter les résultats provisoires des six ans, cliquez ici.
Pour consulter les résultats provisoires des sept ans, cliquez ici