Uzès : L’Elite des 6 ans se décline en 15
vendredi 07 octobre 2011

uzes Laurent Mosti / Assiha de Fignols
Laurent Mosti / Assiha de Fignols © Jean Louis Perrier

Rendez-vous attendu du circuit Jeunes Chevaux pour l’endurance, les finales SHF d’Uzès surfent sur le succès.

L’épreuve phare des 6 ans à vitesse libre, curieusement disputée le vendredi, a consacré 15 chevaux  classés ‘’Elite’’ au milieu d’un impressionnant déferlement de plus de 200 chevaux de cette génération avec ceux courant en vitesse imposée.

  Bonnes et mauvaises pistes
 Chaque année a son lot de nouveautés et s’il faut en retenir une côté endurance,  c’est bien l’annonce de l’augmentation des dotations grâce à un accord avec le fond EPERON  qui a mis du baume au cœur des participants ! La présence de Laurent Elias chargé du haut niveau à l’IFCE sur le site des finales SHF, est une piste aussi à suivre car un projet autour du Haras pour aider les compétiteurs est dans les tuyaux. En revanche on aimerait bien pouvoir s’y retrouver dans le maquis de plus en plus dense qui entoure le (ou les ? ) règlement de ces finales. Cette édition a été marquée par l’apparition d’un CEI * , dont les exigences  en fréquence cardiaque et vitesse sont différentes de celles du championnat !  Pas facile de s’y retrouver, d’autant que certains cavaliers ne visent pas forcément le 2e point vitesse.  Mais malgré ces ‘’embrouilles ‘’ administratives, les cavaliers ont pu profiter d’une belle journée et valoriser leur chevaux sur des pistes d’excellente qualité.

 La belle journée de l’écurie Mosti
 Parmi les 15 chevaux qui obtiennent la mention ‘’Elite ‘’, trois sont entraînés par Laurent Mosti : Assiha de Fignols par Sihawan, qu’il montait lui-même, Batmane de Murel par Dormane  montée par sa propriétaire Catherine Bauerschmitt et Roman de Gargassan par Perfect de Lafon, confié à Léa Granier. Roman de Gargassan avait été gagné poulain par Laurent pour sa performance sur le CEI*** de Lalbenque. L’écurie  Miletto-Mosti rentre également trois autres chevaux dans le classement dont Lisdia de Fignols confiée à Marie Jess, une Diament du Rollon représentant l’élevage provençal de  Catherine Heliger Munoz. Pour Jean de Châtillon, habitué de ces finales et honoré à juste titre par la SHF, le cru 2011 est de bonne facture avec deux chevaux de son élevage morvandiau  Elite,  Review de Sommant, par Aquilon confié à Noemie van de Woestyne et Réalité de Sommant par Balzac de Piboul confiée à Nathalie Michel.

  Des représentants des élevages du Nord au sud
Si la grosse majorité des chevaux en lice provient du sud de la Loire, certains élevages nordistes n’hésitent pas à faire le déplacement. C’est Joël Nazzari qui met à l’honneur l’élevage de Vincent Dupont avec Reply de la Saulire, une fille de Dia Oua. Ramsès el Quebi, un fils de Melfik d’Alauze confié à Wendy Fallon rappelle que l’élevage endurance se porte bien en Bretagne ra Deux autres lauréats mettent en valeur les élevages de Rhône-Alpes  avec Ryk du Mélay, un Baltyk des Ors élevé par Guy Dumas qui l’a confié à sa fille Eugénie, et Rihla de la Majorie de l’élevage ardéchois de la famille Manoha  confiée à Lucie Dauny. La Provence  est aussi de la partie avec Pelgrim de Barrel par Piaff monté par Pauline Théolissat, Adonai un  fils d’Ekla de Gargassan monté par Joël Garcin et le seul anglo-arabe aux côtés de 14 PS arabes, Ricochet du Pouvilla, par Sadepers, monté par Fabienne Dussert. Mais le tour de France endurance ne serait pas complet sans un passage dans le sud ouest ; le lorrain Pascal Poitrin décroche la meilleure mention pour Abu Nicki Vlak, un Koram né en Arriège. l’élevage de Jean Mezzi , un habitué de ces finales est une nouvelle fois aux prix avec Natifao de Bozouls, par Faouzi, sous la selle de Tiphaine Leon.  Le tour d’horizon de ce quinze d’Uzès est clos en beauté avec Lili Ankh, un solide fils de Dormane  que l’on suivra avec attention sur le circuit des 7 ans sous la selle de Sunny Demedy.
 Jocelyne  Alligier