L'E
L’Expertise

L’avoir à l’œil, ou comment savoir si mon cheval voit correctement

La rédaction 26 décembre 2023
Pour de nombreux passionnés et connaisseurs du cheval, la vision de ce dernier reste un sujet complexe. Quelles sont les maladies les plus communes ? Comment les soigner ? Comment repérer une éventuelle gêne ou un problème ? À quels éléments prêter attention ? Éléments de réponse. Chez le cheval, l’uvéite (inflammation de l’uvée, soit de l’intérieur de l’œil) et l’ulcère (plaie de la cornée, soit de la partie transparente en avant de l’œil) représentent 80% des pathologies oculaires observées. Par chance, des symptômes évidents alertent le propriétaire qu’une consultation médicale s’impose : œil fermé, œil qui coule, sécrétions jaunâtres, tâche dans l’œil. Pour autant, il est impossible pour le néophyte de différencier ces deux affections l’une de l’autre. Il est fortement déconseillé de s’automédicamenter, les principes actifs des différents collyres existants pouvant empirer les symptômes et nuire à la guérison. Les éleveurs seront particulièrement vigilants car la sensibilité cornéenne est réduite chez le poulain et diminue donc la douleur et son expression. Chez les plus jeunes sujets, le diagnostic des ulcères est alors souvent tardif et lié à l’apparition d’une tâche dans l’œil, synonyme d’infection. Soigner jusqu’à 10 fois par jour Comme pour toute affection de l’œil, la réussite du traitement passe avant tout par la disponibilité du propriétaire à l’administrer, parfois jusqu’à dix fois par jour et plus ! La bonne volonté du patient rentre donc rapidement en jeu et peut nécessiter la pose d’un cathéter sous-palpébral. Ce petit tuyau cousu sous la paupière permet d’injecter à distance […]
Crédit photo à la une: Pixabay